A reflection on transhumanism from a Traditionalist perspective

Dr. Laurent Alexander’s book ‘’La guerre des Intelligences’’ should be known by every sensible person. Its subject is indisputable: we are experiencing a true anthropological revolution, perhaps the most important of our entire history, but nobody or hardly anybody in Europe, is really paying attention. Is this another sign of the almost pathological wish of the Europeans to completely break with History, and therefore, with the game of power between nations? Unfortunately, this may well be the case, but this is not the subject of this article.

I would like to reflect especially on the thesis of Laurent Alexandre – which to me seems almost impossible to question – and how to react to it in a political and philosophical sense. When I say ‘’’we’’ I indeed speak of the French, and more generally of the Europeans, but everybody will understand that I will focus even more on the reactions of right-winged thinkers, conservatives and/or traditionalists -to who I consider myself to belong-,  because this revolution which is now taking place invites us to also revolutionize our ideas.

Let us briefly summarize dr. Alexandre’s thesis: artificial intelligence and our dependence on it will continue to grow incessantly. Artificial intelligence already surpasses our human capacities in many fields and could destroy most professions which were formerly thought to be the exclusive domain of mankind and of mankind alone (for example medicine). In order to compete with AI, and, most of all, to keep a grasp on it, mankind will need to improve its cognitive capacities. If not, mankind risks to be completely outclassed. Therefore, any progress in the field of AI demands equal progress in the field of what is called ‘’transhumanism’’, one cannot go without the other. Thus, other than to stop all research on AI and to destroy all of the smartphones we have in our hands, there is not much that will stop the studies and practices on the genome, the brain and our body that will soon upset our human experience. Needless to say, no one will destroy their smartphones, and if a country decided to stop research unilaterally, China and the United States, that (unlike us) do still see themself as powers, are definitely not willing to stop.

All those who doubt the aforementioned thesis I recommend to read Laurent Alexandre’s book before continuing to read this article. I believe it to be very convincing and therefore the rest of this article will build on the assumption that his thesis is true.

Bio-conservatism and the fear of transhumanism

The first reaction of  « people like us » to transhumanism and progress of AI is fear, even disgust. Transhumanism and AI bring us into an unknown world of which we naturally have many fantasies. We imagine a cold and dehumanized world, ruled by technology, filled with genetic manipulations carried out by sinister German-accented scientists. Moreover, our holistic and communal conceptions rebel against the idea of a God-man demiurge of himself, a sort of acme of Western liberal individualism, ready to abolish the rules of Creation to satisfy his Ego and his thirst for power. The ‘’instinctive’’ reaction of a human being is to squint as a sign of concern and distrust. If this ‘’human being’’ is right-winged, that is to say, more averse than others to what we call ‘’progress’’, he will squint all the more as a sign of aggression, wishing to lock himself in a ‘’bio-conservative’’ ideology whose sole purpose can only be a status quo, not wanting to revisit the progress of medicine and the supercomputers that it already uses.

Personally, I had this initial instinct as well, which I think is normal and rather healthy. At first I shared the ‘’bio-conservative’’ ideas. But now, I believe them to be vain. Transhumanism will pass as all the other technical and human revolutions have passed, leaving conservatives in their tears by the side of the road. For at least two centuries, conservatives have been losing, because ultimately all they can do is lose, since life and history are essentially moving rivers that no one can stop. Conservatives never stop anything, they add only bitterness to the earthquakes that periodically wave humanity. One must understand: to not accept an ongoing revolution, be it for moral and ethical reasons, will not prevent it from taking its course.

I believe, therefore, that we should not approach this matter from a conservative but rather a traditionalist position. The difference is immense. Conservatism is a distrust and caution that may escalate into sclerosis. Mistrust and caution must be maintained, but sclerosis must be avoided. This is why traditionalist views are useful.

Objectives of traditionalist philosophy

Traditionalism is not, contrary to what one can believe, « reactionary ». Traditionalistic thinkers are more interested in the meaning given to humanity and to the specific demands that come with it. From the very beginning the traditionalist conception has been characterized by two elements: the will of mankind to improve and the harmony with the Universe which it must reach. Let us see if these two ambitions can reconcile with « transhumanism ».

Contrary to Rousseau’s concept of the ‘’noble savage’’, the traditional conception has never ceased to value education and selection. Man is not, by nature, something that has ‘’value within itself’’, but rather something that can, potentially, become of value through his actions and thoughts, reflections and achievements. From a young Hindu at the school of his Brahmin master, to the current Polytechnics, we know that a human being needs to be formed, informed, educated, and sometimes even ‘’trained’’ to achieve the true status of a ‘’man’’, and only this status, will make him honourable. It is by perpetual work on one’s body and soul that a man can differentiate himself from animals, that he can produce art and philosophy, that he can expand his influence in the world, that he can protect himself from perils, and that he can ameliorate his capacities at the same time. Education, as long as we validate its principle, has always had the aim to increase the cognitive and physical abilities of a human being.

This education and its corollary, selection, fundamentally aim to improve the species, which is therefore able to explore the universe, to unravel the mysteries of the Spirit, to better understand the world’s nature through philosophy and spirituality, and to produce art, i.e., precisely, what spikes imagination and creation that will serve beauty and wonder. Since the dawn of time, it is through these objectives that humanity has found its meaning, a meaning that is unique to it, that differentiates it from other mammal species and only this, makes humanity honourable.

What is the ultimate aim of this education, of this desire to improve and upgrade mankind? At the roots of traditionalist thinking, the Brahmans of the Vedic period, that of the unparalleled Upanishads, directed men to integrate and understand ‘’the Atman’’, i.e., ‘’the soul of the world’’, in order to be truly in touch with the Creation, with the Universe. This ability to reach the atman, the ultimate stage, called for high-pitched cognitive abilities, and the whole Brahman society was focused on this supreme goal. Medieval Christianity was not far removed from sharing a similar goal, inviting the ‘’best’’, i.e. the saints, to ‘’connect’’ with God through spiritual, philosophical and metaphysical exercises that were certainly within everyone’s reach. In Sufi Islam, the most spiritual branch of Islam, the goal is no different: one must be able to penetrate the ‘’One’’, a sort of rehash of the Vedic Atman. Thus, all the great movements of spiritual thought, have always called for more intelligence, more capabilities and more strength.

Man’s nature and dignity

In sum, when we summarize the traditionalist philosophy, the objectives it demands of humanity and the different means to reach those objectives, we see that everything was done to improve humanity (and especially its intelligence) in order to better understand the universe. This is the meaning of the ‘’dignitas’’ of man, once theorized in classical humanism. In the possibilities offered by transhumanism, notably the improvement of IQ and the strength of the body, there are no differences of kind to be found with the « sense » of man that Tradition once gave to it, there is merely a difference of degree. The moment we agree with the idea that Man finds his dignity in self-improvement through education and excellence in order to better understand and conquer the Universe, and (find his dignity) in its capacity to create, there is no reason to incriminate new means to achieve it. That would be to consider it reasonable to go from point A to point B on horseback, but unreasonable to drive there. To consider it reasonable to kill a man with a club, but not with a shotgun. Which would be absurd. The principle remains the same, merely the means change. Therefore, if a conservative‘’validates’’ the principle, he must open his mind to the means available that serve the same principle, or he will run the risk to be illogical and to become bitter.

One could argue that the various means formerly used to achieve these human goals still belonged to nature, whereas transhumanistic methods are completely technical. A reflection for those reasoning this way: at the end of the 18th century, the German philosopher Schelling introduced the ‘’philosophy of nature’’ into Western thinking, a kind of premise of the German romanticism that would arise in the following century, which after two centuries of rationalistic and abstract thinking, would somewhat reconnect with Traditionalism and its carnal connection with nature. Now, what does Schelling tell us? That the achievements of mankind are to be interpreted as achievements of Nature itself, since mankind is part of Nature. Technology/Technique, art and human constructions are not attempts to escape Creation, but are phenomenons originations from Creation itself. Transhumanism and artificial intelligence are therefore also creations of Nature, because it is the very nature of man to create.

The challenge: the meaning given to transhumanism

The real challenge of transhumanism becomes apparent with the question of how humanity must use it, rather than the question of whether it should be abolished or not. To clarify, here are some concrete examples: transhumanism, should it be used for a mediocre man who wants nothing in life but to enjoy himself, to have three vagina’s and two anusses implanted in order to have more pleasure, like in a Houellebecq novel? Or should it serve a man who would increase his intellectual and physical capabilities in order to, more successfully, achieve the goals that Tradition has prescribed for him, namely: to create, to conquer and to understand? Should AI enable mediocre people to quit working, with robots replacing all jobs, and consequently allow them to indulge in idle inactivity under curatorship of a universal income? Or on the contrary, shoud it push mankind to seek new scenes of expansion, whether it be physical (the universe, ecology) or intellectual (art, spirituality)? Even more prosaic: should AI and transhumanism only serve the power of our competitors, the US and China, or should it also allow Europe to remain a world power?

All these questions show that the right is wrong to have a fixed opposition regarding this technical progress, because in truth it absolutely demands a determination of its ‘’meaning’’ in order to use it. If the Traditionalist though wishes to escape the debate by closing its eyes, this ‘’meaning’’ will then be provided by individuals who are in fact unsavoury, self-obsessed sorcerer’s apprentices with mediocre instincts. I repeat: the question of the meaning given to transhumanism must be the sole issue, the sole debate, not transhumanisme in itself, which is already here.

There are still many things to be said. For today, I will stop here, but the opportunities offered by these new technologies, if they can turn our heads, require a solid backbone. This is why Tradition can perfectly conjoin technical and human progress: it must be the column that will hold up our heads, especially if, in the future, our heads become heavier from intelligence.

Penser le transhumanisme avec la Tradition

La guerre des Intelligences de Laurent Alexandre

Le livre du docteur Laurent Alexandre « La guerre des intelligences » est à mettre dans toutes les intelligences. Son objet est sans appel : nous sommes en train de vivre une véritable révolution anthropologique, peut-être la plus importante de toute notre histoire, et personne ou presque, en Europe, ne s’y intéresse véritablement. Est-ce encore un signe de la volonté presque maladive des européens de sortir définitivement de l’Histoire et, donc, du jeu des puissances ? Peut-être bien, hélas, mais ce ne sera pas le sujet de cet article.

J’aimerais réfléchir à haute voix sur la thèse de Laurent Alexandre – laquelle me semble difficilement contestable – et sur la réaction philosophique et politique que nous devons avoir à son égard. Quand je dis « nous », je parle bien sûr des Français, et plus généralement des Européens, mais chacun comprendra que je me concentre plus encore sur les réactions des penseurs « de droite », « conservateurs » et/ou traditionalistes, dont je fais parti, car cette révolution qui est à l’œuvre nous invite aussi à révolutionner nos idées.

Résumons rapidement la thèse du docteur Alexandre : l’intelligence artificielle et la dépendance à son égard ne cessent de croitre. Celle-ci dépasse déjà les capacités humaines en bien des domaines et pourrait logiquement détruire la plupart des métiers que l’on croyait autrefois dévolus aux hommes et aux hommes seuls (comme la médecine par exemple). Afin de « concurrencer » cette IA, et, surtout, de pouvoir la manier, l’homme devra nécessairement améliorer ses capacités cognitives, sous peine d’être complétement dépassé. Dès lors, tous les progrès de l’IA appellent par nature des progrès de ce que l’on appelle le « transhumanisme », l’un ne pouvant aller sans l’autre. Ainsi, sauf à cesser toutes recherches sur l’IA, et à détruire dès maintenant les smartphones que nous avons entre les mains, les études et les pratiques sur le génome, le cerveau et notre corps ne s’arrêteront pas et bouleverseront très bientôt notre expérience de l’humain. Inutile de dire que personne ne détruira son Smartphone, et que, de toutes façons, si un pays décidait unilatéralement l’arrêt des recherches, la Chine et les Etats-Unis, qui se conçoivent encore comme des puissances (contrairement à nous), ne sont pas prêts, eux, de cesser.

Que tous ceux qui doutent de cette thèse lisent le livre de Laurent Alexandre avant de continuer de lire cet article. Je le crois très convainquant, et je partirai donc du postulat que sa thèse est véridique.

Le bio-conservatisme et la peur du transhumanisme

La première réaction des « gens de chez nous » face au transhumanisme et au progrès de l’IA est la peur, voire le dégout. Ceux-ci nous font entrer dans un monde que nous ne connaissons pas et nous sommes naturellement gorgés de fantasmes à son propos. Nous imaginons un monde déshumanisé où règnerait la froide technique, rempli de manipulations génétiques accomplies par de patibulaires scientifiques à l’accent allemand. De surcroit, nos conceptions holistes et communautaires regimbent face à l’idée d’un homme-Dieu démiurge de lui-même, sorte d’acmé de l’individualisme libéral occidental, prêt à abolir les règles de la Création pour satisfaire son Ego et sa soif de puissance. La réaction « instinctive » d’un être humain est de plisser les yeux en signe d’inquiétude et de défiance. Si cet « être humain » est de droite, c’est à dire plus rétif que les autres à ce que l’on appelle « le progrès », il les plissera d’autant plus en signe d’agressivité, souhaitant s’enfermer dans une idéologie « bio-conservatrice » dont l’unique objet ne peut être qu’un statu quo, lui-même ne voulant pas revenir sur les progrès de la médecine et de ses superordinateurs qu’il utilise déjà.

Je suis personnellement parti de cet instinct, que je crois normal et plutôt sain. J’ai partagé de prime abord les conceptions « bio-conservatrices ». Mais désormais, je les crois vaines. Le transhumanisme passera comme sont passées toutes les autres révolutions techniques et humaines, laissant toujours les conservateurs dans leurs larmes au bord de la route. Depuis au moins deux siècles, les conservateurs perdent toujours car ils ne peuvent, en définitive, que perdre, la vie et l’Histoire étant par essence des fleuves mouvants que nul ne peut arrêter. Les conservateurs n’arrêtent jamais rien, ils ajoutent seulement de l’aigreur aux tremblements de terre qui agitent périodiquement l’humanité. Il faut être sûr de cela : ne pas accepter la révolution à l’œuvre, pour des raisons morales et éthiques, n’empêchera en rien que celle-ci suive son cours.

Je crois, dès lors, qu’il faut non pas aborder cette question avec des positions conservatrices, mais plutôt traditionalistes. La différence est énorme. Le conservatisme est une défiance et une prudence qui peuvent dégénérer en sclérose. Il faut garder la défiance et la prudence, mais se garder de la sclérose. C’est en quoi la pensée traditionaliste est utile.

Objectifs de la pensée traditionnaliste

La pensée traditionnaliste n’est pas, contrairement à ce que l’on peut croire, « réactionnaire ». Elle s’intéresse plutôt au sens donné à l’humanité et aux exigences particulières qui lui échoient. Deux éléments la caractérisent depuis l’origine : la volonté d’amélioration de l’homme et l’harmonie avec l’Univers auquel il doit accéder. Voyons donc si ces deux ambitions peuvent se marier avec le « transhumanisme ».

Contrairement à la pensée roussauiste du « bon sauvage », la pensée traditionnelle n’a de cesse de valoriser depuis ses origines l’éducation et la sélection. L’homme n’est pas, par nature, quelque chose ayant une « valeur en soi », mais plutôt quelque chose qui peut, potentiellement, accéder à la valeur, par ses actes et ses pensées, ses réflexions et ses réalisations. Depuis le jeune hindou à l’école du maître brahmane jusqu’au polytechnicien actuel, l’on sait qu’un être humain nécessite d’être formé, instruit et éduqué, voire parfois « dressé », pour atteindre le véritable statut « d’homme » qui seul, lui fait honneur. C’est en travaillant sans cesse sur son corps et sur son esprit que l’homme peut se différencier de l’animal, produire de l’art et de la philosophie, amplifier son influence dans le monde, se protéger des périls et développer au mieux ses capacités. L’éducation, du moment que l’on valide son principe, a pour objectif d’accroitre les capacités cognitives et physiques de l’être humain, et ce depuis l’origine.

Cette éducation et son corollaire, la sélection, ont fondamentalement pour objectif d’améliorer l’espèce, laquelle est ainsi capable d’explorer l’univers, de percer les mystères de l’Esprit, de mieux comprendre la nature du monde à travers la philosophie et la spiritualité, et de produire l’art, c’est à dire, précisément, ce qui excite l’imagination et la création au service de la beauté et de l’émerveillement. C’est à travers ces objectifs que l’humanité trouve son sens depuis la nuit des temps, un sens qui lui est propre, qui la différencie des autres espèces mammifères et qui seul, lui fait honneur.

Quel est l’objectif suprême de cette éducation, de cette volonté d’améliorer l’homme et de l’augmenter ? A la source de la pensée Traditionnelle, les brahmanes de la période védique, celle des incomparables Upanishads, orientaient les hommes afin qu’ils puissent intégrer et comprendre « l’âtman », c’est à dire « l’âme du monde », afin d’être véritablement en contact avec la Création, avec l’Univers. Cette faculté d’atteindre l’âtman, le stade ultime, demandait des capacités cognitives de hautes volées, et toute la société brahmanique était tournée vers cet objectif suprême. Le christianisme médiéval n’était pas loin non plus de partager un objectif similaire, invitant les « meilleurs », c’est à dire les saints, à se « connecter » à Dieu par des exercices spirituels, philosophiques et métaphysiques qui n’étaient assurément pas à la portée de tout le monde. Dans l’Islam soufi, la plus spirituel qui existe, l’objectif n’est pas différent : il faut être capable de pénétrer l’ « Un », sorte de resucée de l’âtman védique. Ainsi, tous les grands courants de pensées spirituels, les plus élevés de l’histoire humaine, ont toujours réclamé plus d’intelligence, plus de capacités et plus de force.

Nature et dignité de l’homme

En somme, lorsque l’on résume la pensée traditionnelle, les objectifs qu’elle demande à l’humanité et les différents moyens pour les atteindre, l’on constate que tout était fait pour améliorer l’humanité (et notamment son intelligence) afin de mieux comprendre l’Univers. C’est là le sens de la « dignitas » de l’homme autrefois théorisé dans l’humanisme classique. Dans les possibilités qu’offre le transhumanisme, notamment l’amélioration du QI et la force du corps, il n’y pas de différences de nature avec le « sens » de l’Homme que donnait autrefois la Tradition, seulement une différence de degré. A partir du moment où nous sommes d’accord avec l’idée que l’homme trouve sa dignité dans l’amélioration de lui-même par l’éducation et le dépassement en vue de mieux conquérir l’Univers, de mieux le comprendre, et dans sa capacité à créer, il n’y a dès lors pas lieu d’incriminer les nouveaux moyens pour y parvenir. C’est comme si l’on trouvait raisonnable d’aller d’un point A à un point B à cheval et déraisonnable d’y aller en voiture. C’est comme si l’on trouvait raisonnable de tuer un homme avec un gourdin mais pas de le tuer avec une arme à feu. Cela serait absurde. Le principe reste le même, seuls les moyens changent. Par conséquent, si le conservateur « valide » le principe, il doit s’ouvrir aux nouveaux moyens au service du même principe, sous peine d’être illogique en plus d’être aigri.

On pourrait me rétorquer que les différents moyens autrefois utilisés pour atteindre ces objectifs humains appartenaient encore à la nature quand les méthodes transhumanistes ne sont que techniques. A ceux-là, une réflexion : le philosophe allemand Schelling, à la fin du XVIIIe siècle, introduisit dans la pensée occidentale la « philosophie de la nature », sorte de prémisse du romantisme allemand du siècle suivant, lequel, après deux siècles de pensées rationalistes et abstraites, renouera quelque peu avec la pensée de la Tradition et de son lien charnel avec la Nature. Or, que nous dit Schelling ? Que les accomplissements de l’homme, puisque lui-même fait parti de la Nature, sont à interpréter comme des accomplissements de la Nature elle-même. La technique, l’art et les constructions humaines ne sont pas des tentatives d’échapper à la Création, mais bien des phénomènes issus de la Création elle-même. Le transhumanisme et l’intelligence artificielle sont aussi des créations de la Nature, car il est dans la nature même de l’homme de créer.

L’enjeu : le sens donné au transhumanisme

L’enjeu sur la question du transhumanisme appartient davantage au sens avec lequel l’humanité doit l’utiliser plutôt que sur la question de savoir s’il faut l’abolir ou non. Afin que les choses soient claires, prenons des exemples concrets : le transhumanisme doit-il servir à l’homme médiocre qui ne veut plus que jouir, en se faisant greffer trois vagins et deux anus pour prendre plus de plaisir, comme dans un roman de Houellebecq ? Ou doit-il plutôt servir l’homme qui augmenterait ses capacités intellectuelles et physiques pour mieux atteindre les objectifs que la Tradition lui a prescrit: créer, conquérir et comprendre ? L’IA doit-elle permettre aux hommes médiocres de ne plus travailler, la robotique remplaçant tous les travaux, et par conséquent se complaire dans une inactivité oisive sous curatelle d’un revenu universel, ou au contraire pousser l’homme à chercher de nouveaux théâtres d’expansion, qu’ils soient physiques (l’univers, l’écologie) ou intellectuels (l’art, la spiritualité) ? Plus prosaïque encore : l’IA et le transhumanisme ne doivent-ils servir que la puissance de nos concurrents que sont les Etats-Unis et la Chine, ou doivent-ils aussi permettre à l’Europe de rester une puissance mondiale ?

Toutes ces questions montrent que la droite a tort de s’enfermer dans un posture négative à l’égard de ce progrès technique, car en vérité celui-ci demande absolument qu’on lui détermine un « sens » pour son utilisation. Ce sens, si la pensée de la Tradition ne lui donne pas en souhaitant échapper au débat et en fermant les yeux, lui sera alors procuré par des individus en effet peu recommandables, des apprentis sorciers imbus d’eux-mêmes et aux instincts médiocres. Je le répète : la question du sens donné au transhumanisme doit seul être l’enjeu, le débat, pas le transhumanisme en lui-même qui, de toutes façons, est déjà là.

Il y aurait encore bien des choses à dire. Je m’arrête là pour aujourd’hui, mais les perspectives que nous offrent ces nouvelles technologies, si elles peuvent nous faire tourner la tête, demandent justement une colonne vertébrale solide. C’est pourquoi la Tradition peut parfaitement épouser les progrès techniques et humains : elle doit être la colonne grâce à laquelle nos têtes tiendront, surtout si celles-ci deviennent, demain, plus lourdes d’intelligence.

Portrait sur Ozy.com, média américain

Most politicians’ Twitter accounts get hate mail. Julien Rochedy gets love letters. “He could be my husband in another life,” one women tweeted. “He’s just too hot!” And there was the male admirer who said his looks were a “weapon of mass destruction.”

Yes, he’s single, and his chiseled jaw, sexy stubble and perfectly tailored suits are quite attractive. But what’s truly jaw-dropping is what’s underneath: a right-wing heart harboring anti-immigrant views on par with the tea party. His other allies? A group of rising European conservatives, including France’s Marine Le Pen and the Netherlands’ Geert Wilders.

“We are witnessing a replacement of the French,” he tells OZY. “It’s very worrisome.”

The mention of right-wing politics in Europe often conjures images of angry skinheads, poor uneducated men and migrant-lynching mobs. Not Rochedy. The 26-year-old leads the youth branch of the Front National — France’s farthest-right party and third political force. Known for euro-skeptic and xenophobic views, it’s attracting a growing number of voters disenchanted with President François Hollande’s Socialists and ex-President Nicolas Sarkozy’s center-right party. Rochedy himself is anti-euro, and told OZY he believes protectionism is the model for economic success, citing the U.S. as an example.

Rochedy harbors a deep-seated longing to be taken seriously as an intellectual. Which is why he says he wants to quit his current job — as, essentially a young and pretty face — and pen a book, which he will describe only as “very polemical.”

“Voters are turning to [the FN] as an alternative to the traditional parties, and they are moderating their discourse to be more appealing. Julien is part of this new effort to give the party a makeover,” says Loïc Blondiaux, professor of political science at the Sorbonne University in Paris.

In Rochedy’s world, France suffers from three main maladies: an overly powerful European Union, a dangerous tide of immigration and the loss of “traditional values.” As for the EU, it’s making too many decisions for his country, and he resents the fact that France can’t control its monetary policy because of the euro. “France is undergoing a total loss of freedom,” he says. “It’s a big and beautiful country, but it’s no longer the master of itself.”

But unlike other right-wing politicians, Rochedy has an uncanny ability to discuss these issues without sounding hyperbolic or pissed off. Instead, he’s great at turning concepts on their head. “Today’s immigration is a new form of slavery. Bringing people here to do jobs that we don’t want to do or having children for us, it’s gross. I’m a humanist. So I much rather everyone stays in their own home.”

He often appears in debate shows where he leaves his rivals silently baffled with arguments like one he told OZY: “There are more doctors from Benin in France than there are in Benin. I, for one, think Benin needs them more than we do. Right?”

Still, he recently provoked a storm of criticism for saying he would favor a law to ban “homosexual propaganda.”

“The strategy of the Front National these days is to try and appear as a party like any other, but they are not,” says Laura Slimani, president of the Socialist Youth. “The times change, but they remain just as extremist and homophobic.” Rochedy, however, always has an answer: “I am not a homophobe. I think homosexuals have the right to practice their sexuality, but it’s something fatal for society because a nation needs to reproduce in order to ensure its continuity.”

His own beliefs began with Friedrich Nietzsche. He cites a “crisis in values,” a concept he encountered when he started reading Nietzsche at age 14; he went on to consume all the Nietzsche he could find. “Nietzsche talks about values that are symptoms of decadence and mediocrity versus values that emerge from grandness, willpower and strength,” says Rochedy. “He completely changed the way I saw things.”

He discovered the FN, founded by current leader Marie Le Pen’s father, Jean-Marie, as an 18-year-old student of political science in Lyon, in the south of France. “I liked Le Pen because he was a rebel and he was not afraid to shock people.”

At the time, 2006, few believed the right-wing movement could become a mainstream political force. Eight years later, the Front National got two members in the Senate for the first time and topped the polls in the European Parliament election, with 25 percent of the vote — an eightfold gain on the last one.

Rochedy thinks increasing youth engagement is key to his party’s success, and that’s precisely why he wants to step down as head of the youth branch. “I’m not really young anymore,” he says, “and I’ve been wanting to focus more in the intellectual side of things for a while. History is made by great men, not small politicians.” TV producers and female fans will miss his regular appearances on screen, and he admits he might miss it too. “It’s fun to crush your enemies. It’s good for the ego,” he says, while holding open the possibility of returning to politics later.

But it’s a long road toward becoming a thought leader. Especially when your epithet isn’t exactly one of intellectual heft — Rochedy is, for now, best known in the terms a gay news blog put it: “Young, beautiful and dangerous.”

Portrait sensible

Publié dans l’Antisondage.fr et Médiapart en 2012.

Croyez-nous ou pas, mais dans la rue, on a toutes les peines du monde à trouver des électeurs du Front National. Est-ce nos allures de bobos qui les rebutent ? Ou bien n’allons-nous pas aux bons endroits ? Où sont-ils donc, les douze pour cent ? Où diable se cache la droite nationale ? Car selon les conclusions, sûrement hâtives, de notre modeste expérience, c’est bien une indécrottable odeur de souffre qui plane encore sur le front. Autour de nous, on en connaît pas non plus, des frontistes. Question de milieu, probablement… Pour pouvoir respecter l’équilibre des tendances politiques, il ne nous reste plus qu’à ratisser le Web et ses réseaux sociaux, que Micky maîtrise à la perfection. De sa CYBER-pêche, il nous ramènera un gros poisson. Julien Rochedy est « célèbre » ; c’est une des figures de la campagne électorale de Marine Le Pen. Googlisable à souhait, on peut le voir sur Youtube dans des vidéos allant du débat sur LCI à la réunion interne des jeunes du FNJ, en présence de la responsable de la coordination avec le FN, si j’ai bien compris. Lors de cette intervention, Julien Rochedy, en tee-shirt noir et au commencement d’une jolie paire de biceps, expliquera notamment la stratégie du mouvement « Les jeunes avec Marine », conçu comme un outil pour aspirer les voix de tous les jeunes qui voudraient soutenir Marine sans pour autant être rebutés par le côté clivant de l’appellation FNJ. Juché sur un escalier, le jeune tribun est ici par la volonté du peuple et n’en sortira que par la force des baïonnettes. L’ambiance est chaleureuse, la harangue semble  convaincante.

Je lis déjà les commentaires sur notre page Facebook, sévères mais justes, qui vont s’insurger avec raison, bien sûr, du fait qu’on puisse « antisonder » encore et toujours un Parisien, et c’est très vrai que le Parisien n’est pas plus digne d’être Français que l’habitant de nos régions, mais qui plus est une vedette, alors que notre postulat de départ semblait promettre le portrait des humbles, des sans grade. À ceux-là, je dirai que sur les mêmes principes, la vedette parisienne n’en demeure pas moins digne d’être « antisondée ». Pour nous, Julien Rochedy sera donc simplement Julien.

Silence, on tourne. Entourant la place Victor Hugo, les immeubles Haussmanniens se détachent en une masse sombre et circulaire, mêlant aux tremblements des feux rouges et des phares de voiture les lumières de leurs appartements en reflets humides sur le trottoir. La nuit s’allume. Sous les guirlandes et les étoiles des neiges scintillantes aux frontons, dans les vitrines des pâtisseries artistement décorées d’architectures de chocolat et de mignardises, dans les salons de coiffure exhalant l’air  chaud et parfumé des cheveux des dames, Noël fourbit ses armes. Nous avons rendez-vous à la terrasse de la brasserie « Les Débats », où, légèrement en avance, nous commanderons au garçon une noisette et un café. Julien arrive et nous rejoint, casque intégral à la main. Pour lui, ce sera un thé citron.

 Souvent présenté sur les blogs comme un animal médiatique, le jeune homme possède en effet une belle plastique, mais surtout un visage volontaire et le regard franc. D’une sobre élégance, il porte sous son parka un pull mohair assorti au brun châtaigne d’une barbe de trois jours, une imposante montre carrée et un bracelet tressé – je lirai sur le net qu’il s’agit d’un bracelet Serbe – (je me disais aussi que l’objet était un peu « baba cool » sur les bords pour qu’il l’ait choisi spontanément), ainsi qu’une chemise blanche à carreaux fins, seule touche bleu marine qui dépasse du col rond. Parfaitement courtois, il nous confiera cependant qu’il était encore en 2007 un agitateur (je lis par ailleurs qu’il portait le crâne rasé et une boucle d’oreille), qui prêchait la bonne parole dans les files d’attente des bureaux de vote de Tain L’Hermitage dans la Drôme, uniquement au premier tour s’entend. Fraîchement émoulu de sa province natale, il nous confiera également être tombé des nues à ses débuts en politique après la parution de l’article « Julien Rochedy, le jeune frontiste qui présente bien » dans Rue 89, article plus qu’à charge dont une des premières phrases n’est rien moins que Julien Rochedy est gratiné. Pas de doutes, voilà un mec d’extrême droite. S’attendait-il à un portrait objectif de la part de  médias qu’il considère comme des ennemis politiques, à des citations entières de ses propos, respectant le contexte, insistant sur les nuances ? Ou a-t-il même seulement caressé l’idée d’avoir ouvert un chemin de Damas à cette journaliste de gauche, habitué qu’il semble à séduire la brune et la blonde ? Ah ! Jeunesse, folle jeunesse…

À volume raisonnable, en une syntaxe irréprochable, articulant soigneusement et prononçant toutes les lettres des mots sans avoir recours à des contractions, les propos de Julien ne sont d’abord guère différents dans leur contenu de ceux de beaucoup d’autres jeunes de son âge. Ainsi il aime les sorties, les cinémas, les voyages, thème qu’il abordera souvent, caresse l’idée d’arrêter de fumer en janvier, (la politique, nous dit-il, c’est beaucoup de cigarettes et d’alcool tous les soirs) et pense qu’il aurait du mal à assumer le poil aux jambes chez une femme. À la question : « Une femme pour la vie ou une fille pour chaque nuit », il nous répond d’un air un peu goguenard que les deux doivent être envisageables, avant de se dédire : ce sera officiellement une femme pour la vie.

Sur d’autres questions offrant plus d’aspérité aux choses sérieuses, le discours de notre homme est très construit. Julien récuse totalement le clivage gauche droite, prétend ne pouvoir définir ces notions qu’en tant qu’historien, et encore il ne sait même plus.Aujourd’hui selon lui, ça n’a plus aucun sens. La bourgeoisie soixante-huitarde reconvertie dans la pub a des idées de gauche, alors que les valeurs de droite que sont la tradition et l’honneur se retrouvent chez des ouvriers très conscients de leur classe sociale. Pour lui, le clivage essentiel est aujourd’hui entre les mondialistes et les patriotes. Il trouve injuste la perte de liberté et de souveraineté du peuple français, des peuples européens et des peuples dans le monde, victimes d’une petite élite intéressée qui prend en main le destin de millions de personnes, impose la paupérisation de leur pouvoir d’achat, et surtout un décervellement total qui est selon lui voulu. Toujours selon  lui, Marine Le Pen, sa candidate, saurait résoudre cette injustice en régulant le capitalisme mondial et en stoppant l’immigration au sein de la France, France qui  ensuite, par un effet « boule-de-neige », donnerait l’exemple à tous les autres pays. Surfant sur les fondamentaux d’un discours qu’on peut honnêtement qualifier d’identitaire, Julien a soin de donner toujours à ses propos une dimension universelle, prévoyant à chaque fois les bienfaits de la politique de Madame Le Pen dans un ordre précis : pour la France, pour l’Europe, puis pour les pays du monde entier, un peu comme si cette dernière mansuétude était une cerise sur le gâteau, un lapin blanc qui sort du chapeau à la fin du spectacle. C’est peut-être cette hiérarchie du sens de la marche du monde et des peuples, (qu’en son temps monsieur Le Pen père aimait à évoquer en cette parabole de son cru : J’aime mieux mes filles que mes cousines, mes cousines que mes voisines, mes voisines que des inconnus et les inconnus que mes ennemis), qui le distingue des idées communes, quand la droite et la gauche déplorent de concert le fait qu’en effet, les temps sont durs, qu’en effet le pouvoir se trouve désormais et malheureusement moins entre les mains des hommes politiques que des grands industriels et qu’en effet, le capitalisme mondial possède un aspect décervelant tout à fait évident.

 Si Julien, plutôt volubile, se revendique comme étant un « jeune de son temps »il reste subitement muet lorsqu’on lui demande de définir ce qu’il apprécie dans son époque. Après une pause de réflexion silencieuse, il évoquera finalement les voyages. Son rêve serait, s’il était riche, de s’acheter des maisons aux quatre coins du monde pour « émigrer » régulièrement, en quelque sorte. Mais très vite il déplore que ces paysages dont il rêve aient perdu le goût des récits de voyage d’autrefois, et qu’un Chateaubriand explorant l’Amérique ne trouve de nos jours au bout de l’aventure qu’un Quick et un Mac Do. Il est bien plus enthousiaste sur les époques auxquelles il aurait aimé vivre : la Révolution Française, et surtout le premier Empire. S’il devait remplacer la Marseillaise par un autre chant, il choisirait « Veillons au salut de l’empire », un chant de 1791 dont j’imagine que les vers – Du salut de notre patrie – Dépend celui de l’univers – Si jamais elle est asservie – Tous les peuples sont dans les fers – ont dû le faire particulièrement vibrer ; c’est soncôté amoureux de l’Empereur, précise-t-il. Chérissant le dix-neuvième siècle, il évoquera aussi l’avant-guerre et les années 60, (il admire De Gaulle, un homme qui avait une haute idée de la France). De quels bouleversements, de quels élans, de quels drames humains peut-il bien manquer pour que le vingt-et-unième siècle n’ait pas l’heur d’émouvoir ce jeune historien et philosophe qui cherche l’homme providentiel, l’odeur de la poudre et le drapeau qui claque au vent ? La France glorieuse de Julien a-t-elle seulement existé en dehors des bas-reliefs et des pignochages des fresques officielles, elles-mêmes empreintes de la Grèce antique ? Ce sont-là des questions qu’on peut se poser. Ceux qui ont lu Les Dieux ont soif d’Anatole France me comprendront. Julien parle volontiers d’un destin français, d’un sentiment commun plus haut que les individus, et qui les dépasse. Aurait-t-il soufflé à sa muse le slogan « La révolution bleu Marine », ou au contraire a-t-il été séduit par cette nouvelle mouture de « La Liberté guidant le Peuple », c’est une question qui me traverse également l’esprit. En attendant, je lance un message : réalisateurs, cinéastes qui rêvez d’adapter à l’écran « Le rouge et le noir », j’ai trouvé votre Julien. À l’instar du héros éponyme de Stendhal qui quitta la morne scierie de son père pour échapper à sa condition, fervent Bonapartiste, c’est par les femmes qu’il va se hisser jusqu’en haut de la société. Introduit dans le monde par une Madame de Rênal dont il mettra de nombreuses pages à saisir la main, il montera à l’assaut de la capitale où il sera anobli par un vieux marquis De la Mole après avoir séduit sa fille ; elle deviendra son bras armé en mettant à sa disposition un joli carnet d’adresse, (sans pour autant lui éviter la peine capitale…) C’était Julien, esquisse d’un « enfant du siècle » parvenu jusqu’en avril 2012, néo-dandy romantique et idéaliste qui aurait miraculeusement traversé le temps en préférant toujours un peu David à Delacroix, Adrien-Simon Boy à Beaudelaire, Nietzsche à Jean Jacques Rousseau, Léon Daudet à Emile Zola, Céline à Proust, Drieu à Camus, Rebatet à Gide, Astérix à Lucky Luke, et la préférence nationale au Grand Soir et aux lendemains qui chantent.

Carnets de déroute de la droite

Nous avons un avantage sur les militaires, nous les politiques. Et pas des moindres. Pendant que dure l’hallali, nous, nous pouvons tenir journal, alors qu’un soldat doit prendre ses jambes à son coup. Peut-être, cependant, serait-il plus sage de s’esbigner franchement à l’instar de tous bons soldats en déroute. Peut-être bien. Mais nous sommes saufs de corps : il n’y a que notre moral qui branle. Alors, écrivons. Des carnets de déroute, sans doute bien plus significatifs que tous les carnets de campagne qui pointent lors des séquences électorales.

Une déroute de qui, au juste ? De nous. Qui ça, nous ? C’est bien là le problème. Comme en une eucharistie, nous nous sentons, nous nous savons, nous nous touchons, mais nous ne nous voyons pas. D’instinct, nous disons « nous », alors que nous n’avons même pas de nom. Les patriotes peut-être ? Les souverainistes ? Les identitaires ? Les conservateurs ? Nous, la droite ? Quel est donc ce camp sans enseigne ? Nous ne sommes que des fantômes sans nom attachés aux mânes – et qu’un fantôme aime les mânes, voilà, après tout, qui est bien naturel.

Être attachés aux mânes procure déjà une surface, comparés à tous ceux qui n’en ont plus rien à foutre des ancêtres. Mais de cette surface, nous n’en faisons rien, nous la laissons évanescente comme un Esprit sain qui chercherait en vain à s’incarner. Nous communions ! Ah certes, nous communions. Dans nos dégoûts en commun. Nous n’aimons pas l’immigration, qui change trop violemment le visage et le cœur de notre vieille et chère patrie. Nous n’aimons pas qu’on nous donne des ordres, à nous, vieux mousquetaires Français, surtout s’ils viennent de Berlin (Berlin qui, au passage, passe toujours par la Belgique – aujourd’hui : Bruxelles – avant de gouverner Paris), de Washington ou de Londres. Nous n’aimons pas tellement la nouvelle morale humano-progressiste qui a remplacé notre vieux fond chrétien et viril, celle qui dégouline d’odes à la modernité, à l’égalitarisme, au sans-frontiérisme, aux nouvelletés, à l’individualisme, au « sociétal ». Nous n’aimons pas des masses l’Etat-Zombie, celui qui dévore désormais ses enfants, mettant que trop sa main dans nos poches pour financer on-se-sait quelle nouvelle gabegie, et nous aimons encore moins cet Etat quand il ne fait rien pour nos pauvres gens des périphéries et des campagnes. Nous vomissons en cœur une école qui ne transmet plus rien, une nature qui s’enlaidit et notre ancienne gloire qui s’affadit devant nous à mesure que le temps passe. Nous vomissons bien, pour sûr. Puis nous restons l’estomac vide. Déboussolés et turbides, il ne nous reste plus qu’à avaler notre vomis pour le vomir à nouveau : après Hollande, voilà Macron, en attendant sûrement le prochain.

Nous ne sommes plus rien de sérieux et nos quelques incarnations n’ont de nous que notre caricature. La droite d’Orléans d’un côté, composées de petits bourgeois médiocres, ceux qui, en définitive, n’eurent pas assez de facultés pour gagner mieux dans le privé et qui s’en retournèrent dans la politique. Ceux qui n’ont rien en tête sinon une calculatrice, comme dirait Buisson. « Pas touche au grisbi, salope ! » dit-elle à Macron en songeant à la CSG et aux « dépenses publiques ». Mais voilà donc sa seule réplique dans le film : quand elle veut dire autre chose, elle s’aperçoit que le déficit de sa culture est disputé par celui de son imagination. Elle n’a plus ni l’une ni l’autre. Alors, elle pose son cul dans quelques manoirs de la Sarthe ou quelques beaux appartements du 7eme parisien. Elle n’a rien à dire, mais le dîner sera toujours prêt pour elle, même si, pour l’heure, il s’agit d’une soupe. De l’autre côté, il y a les populistes. « Nous sommes le peuple ! » hurlent-ils en se prenant pour Lénine, ayant oublié que nous ne sommes plus à « l’ère des masses » qu’étudiait Gustave Le Bon, ni même que ses électeurs ne sont pas communistes. Le FN n’a pas de pif. Il sent mal, sauf la merde, et il ne parle donc que d’elle. Ceux qui y vivent votent dès lors pour lui, mais, fort heureusement, si la merdre croît, pour paraphraser un moustachu, elle n’a pas encore gagné de toutes parts. Durant cette campagne, le FN aura réussi l’exploit de conjuguer le pire de l’intellectualisme (« l’union des souverainistes de gauche et de droite », comme des intellectuels de salons avaient théorisé jadis l’union des communistes et des nationalistes), le pire du populisme (nous sommes le peuple ! A bas les élites ! Et vas-y que j’parle comme une poissonnière, bah dis donc !) et le pire du progressisme (kikou les petits cœurs de l’équipe Philippot, si mignoooonns). Exploit notable, qui nous rappelle cette dure vérité que les tenants de la décadence sont souvent moins décadents, à titre personnel, que ceux qui sont censés s’opposer, justement, à cette décadence.

Carnets de déroute, donc. Ils auront certainement quelques lecteurs. Espérons toutefois que je les arrête rapidement, car, Bon Dieu, malgré toutes ses turpitudes, je crois encore en ce foutu pays. Il y aurait tant à faire…

Ah…

Le vent se lève, il faut tenter de vivre !

On verra demain !

Commentaires sur la droite

Cet article fait suite au numéro 4200 de Valeurs Actuelles (du 25 au 31 mai 2017)

Je lis dans le Valeurs Actuelles de cette semaine un dossier complet sur la droite, c’est à dire celle qui part de Laurent Wauquiez jusqu’à l’aile droite du FN, en passant par Sens Commun et, dans une moindre mesure, Nicolas Dupont-Aignan. En résumé : cette droite qui se cherche et qui n’est bien nulle part, en particulier dans les partis politiques existants. Ce « point » réalisé sur la droite véritable est sans doute le premier d’une longue série, car, à moyen-terme, tout porte à croire que le sujet de la refondation de la droite, face à Macron, et face au FN version PCF souveraino-souveraniste, sera un thème politique majeur de ces prochaines années. Occasion pour nous de faire quelques commentaires.

Les partis politiques ont échoué

Le premier de nos commentaires portera sur la nature et l’efficience même des partis politiques pour porter nos idées. Une leçon de la campagne présidentielle fut le rejet des partis politiques classiques (Les Républicains, le Parti Socialiste, le Parti Communiste, et, dans une certaine mesure, le Front National) pour privilégier plutôt des mouvements de types nouveaux tels que « En Marche » ou « Les insoumis ». Ce processus entérine la défiance vis à vis des vielles structures et la goût pour les nouveautés, propre à notre siècle. A droite, une véritable réflexion doit s’opérer sur le sujet, car s’il y a bien dans un camp que les partis ont échoué plus qu’ailleurs, c’est chez nous. Regardons les choses clairement : les deux partis existants, Les Républicains et le Front National, sclérosent les bonnes volontés et entrainent dans leur pesanteur tout espoir de refondation véritable. L’un et l’autre s’assoient sur leur base électorale et sociologique, les stérilisent et les condamnent à l’impuissance. L’appareil politique des Républicains est gangréné par une multitude de centristes ayant plus à faire avec Macron qu’avec le moindre petit électeur qui votait auparavant RPR. Dès lors, les militants peuvent voter, lors de leur Congrès, pour des motions de « droite forte » ou de « droite populaire » sans infléchir aucunement la tendance lourde du mouvement à basculer toujours au centre. Cette droite, face au défi Macron, a déjà commencé à se fissurer. Quant à celle qui tient encore un peu debout, elle se prépare, contre Macron, à fabriquer une opposition qui se limitera à des questions économiques d’importance ridicule, sinon absurde. Déjà, dans cette campagne législative, l’opposition se cristallise autour des points de TVA ou de CSG. Baroin a tenté une sortie pour définir sa droite, et celle-ci se circonscrit manifestement à la question des impôts. Qu’est ce qu’une droite dont le seul projet de société serait de baisser les impôts ? Et pourtant, Wauquiez mis à part, la plupart des impétrants aux législatives, du côté des Républicains, n’ont que cela en tête, étant entendu que les leur ne sont, hélas, ni bien faites ni bien remplies.

Du côté du FN, Marine Le Pen s’est enfermée dans un piège dont elle ne pourra sortir sans difficultés majeures. La toute-puissance stratégique qu’elle a laissée à Philippot, couplée aux philippotistes bien placés pour les législatives, la met face à un dilemme inextricable. Florian Philippot ayant habilement, et, aussi, notons-le, courageusement, brandi la menace de son départ en cas de modification de sa stratégie (notamment sur l’euro), Marine Le Pen se doit de choisir entre deux inconvénients : soit elle ne change rien, sinon la façade, et persiste à donner un chèque en blanc stratégique à son lieutenant, ce qui l’expose, en conséquence, à subir une fronde majeure à l’intérieur même de son mouvement, soit elle assume un revirement stratégique et souffrira sans discussion du départ de Philippot et de ses hommes. Si elle opte pour la deuxième solution, Marine Le Pen sait qu’elle connaitra alors les foudres médiatiques qui ne manqueront pas d’interpréter son départ comme l’échec de la professionnalisation et de la dédiabolisation du FN, deux éléments que Philippot a su, bien illégitimement, incarner à lui tout seul dans le vieux parti nationaliste. Marine Le Pen est donc bloquée, et elle est trop intelligente pour ne pas le savoir. Ceci n’est, sans doute, pas étranger à la petite dépression qui la mine actuellement. Hélas pour elle, il lui sera de toute façon difficile d’opérer un virage de 180 degrés sur sa stratégie : son débat a laissé trop de traces et il lui sera impossible d’incarner demain celle qui pourrait rassembler la droite. En conséquence, le FN, même sous un nouveau nom, risque de stagner bien inutilement dans les années à venir. Il ressemblera de plus en plus au PCF des années 70 : assis sur une grosse base populaire mais incapable de le dépasser, il stérilisera tout une partie de l’électorat sans promesse de victoire. Gageons que de nombreux cadres de ce mouvement se contenteront de cette rente électorale pour continuer de gagner leur vie et d’empêcher aussi, à l’instar des Républicains, toute refondation utile.

Les orphelins

Au milieu de ces engeances, désespérés et lucides, vont vivre de plus en plus d’orphelins qui ne se reconnaitrons plus dans ces deux vieux partis ‘’de droite’’ (les guillemets sont, hélas, de rigueur). Même si ces gens seront nombreux, intelligents et plein de bonnes volontés, ils vont s’exposer à deux soucis majeurs : d’une, nous venons de l’évoquer, à la pesanteur des partis existants. De deux : aux attaques continuelles de la gauche et de ses relais médiatiques. Ceux-ci ont déjà compris que le danger, pour eux, pourrait venir de là, et ils ne manqueront donc pas de diaboliser tout rapprochement de la droite. Je le vois rien qu’à mon échelle : à la question « pourrais-tu participer à cette refondation de la droite ? » suit toujours immanquablement « ne penses-tu pas que tu es trop grillé ? ». Autant que je sache, je ne grille qu’au soleil. Et pourtant, cette question, étonnamment, se pose, vicieuse, malveillante, perverse au possible. Moi ? Grillé de quoi ? D’avoir rejoint le FN quand j’avais 20 ans pour le quitter ensuite ? Cela grille ? Jusqu’à quel point ? Ridicule. Et le même procès est intenté, sous des intitulés différents, certes, aux membres de la droite véritable, à Sens commun, aux buissoniens en tous genre, censés vouloir faire « gagner Maurras » plutôt que la France, et tutti quanti.

En conséquence, et ce sera là notre deuxième commentaire, cette droite qui veut vivre et gagner aura pour deux objectifs d’être capable de penser, d’abord, en dehors des partis existants (un mouvement d’un type nouveau se monte tellement vite…), puis de savoir résister aux journalistes et aux oukases. Non, cette droite n’est pas d’extrême-droite. Nous en avons assez de cette façon de penser diabolique qui consiste à situer à l’extrême-droite tout ce qui n’est simplement pas de gauche. L’extrême-droite répond à une définition politique assez claire : racisme, antisémitisme, volonté de prendre le pouvoir par la violence. Cette droite qui veut vivre n’a donc aucune de ces caractéristiques et elle porte seulement des valeurs, une vision, un projet, qui, certes, ne sont pas de gauche. Elle est la droite, point final.

Aussi, si ses représentants parviennent à injecter dans leur sang un peu de fronde, pour échapper aux partis, et un peu de courage, pour cesser de trembler face aux journalistes, l’espoir lui sera rendu. C’est à ces conditions qu’elle pourra être une force, et une force, permettez-moi, en marche.

Obama-Trump : les deux frères de l’hyperpuissance symbolique américaine

Dans ce qui révèle avec le plus d’acuité qu’une Nation conduit les destinées du monde, dominant à la fois son époque et ses rivales, sa capacité à projeter des symboles incarnant l’esprit du temps et l’aiguillonnant par la même occasion, est peut-être la manifestation la plus signifiante et la plus suggestive.

Nous connaissons le principe du hardpower américain, sa puissance militaire et sa force de frappe économique ; nous connaissons également l’impérialisme de son softpower, son way of life et ses produits dérivés. A cela pourrait s’ajouter un symbolpower qui permet parfois aux Etats-Unis d’incarner politiquement les enjeux du moment et de les projeter sur le monde, au moins dans sa partie occidentale.

En 2008, le président Barack Obama devenait président des Etats-Unis. Qu’un métis fût élu dans un pays qui connaissait la ségrégation raciale quelques dizaines d’années auparavant, fut célébré partout en Occident comme un totem d’une puissance symbolique magistrale. Ce fut « l’Obamania », une espèce de délire qui fit espérer des millions de personnes à la seule raison de la force symbolique. Barack Obama devint même Nobel de la Paix sans qu’il en sût, de son propre aveu, les véritables et concrètes raisons. C’est, qu’en politique, le symbole tient lieu, justement, de politique. Obama incarnait la destiné d’un Occident mélangé, multiculturel, ouvert à tous, tolérant et pacifié, c’est à dire tel que l’Occident avait envie de se voir.  Le reste eut moins d’importance.

Obama fut incontestablement l’un de ces grands symboles qui jalonnent l’Histoire et lui donne son La. L’Occident tout entier, à la suite des Etats-Unis, dansa sur cet air. Mais il est intéressant d’observer que le symbole Obama appartint à la catégorie de symboles politiques qui achèventune époque, comme pour la parfaire, qui les désignent comme son expression la plus aboutie tout en la terminant du même coup. L’Obamania couronnait vingt ans d’Occident qui s’était voulu multiculturel, tolérant et sorti de l’Histoire. Mais l’Obamania n’impulsa rien dans le monde : au moment de son couronnement, l’Histoire avait déjà changé d’heure. Obama incarnason époque, mais n’en impulsa aucune. Un noir sur le trône du monde parachevait vingt ans d’Occident qui avait rêvé à cela, et au moment où son rêve se réalisait, un nouveau cycle s’enclenchait, appelant ainsi nécessairement d’autres symboles.

2016. Donald Trump a des chances de devenir président des Etats-Unis à la suite de Barack Obama. Et lui aussi est, avant tout, un symbole pour l’Occident. Mais, à la différence de son prédécesseur, Trump fait parti de la catégorie des symboles en mouvement, non pas de ceux qui achèvent, mais de ceux qui s’inscrivent dans les dynamiques historiques. A l’heure présente, l’époque est aux révoltes populaires contre les élites décriées, aux crispations identitaires, à la remise en cause de l’ère de la sortie de l’Histoire fukuyamesque. Partout en Occident, et notamment en Europe, ce mouvement prend de l’ampleur. Et voilà qu’il faut que ce soit encore une fois des Etats-Unis, chef incontesté d’Occident, que sorte un homme qui incarne ce processus aux yeux de tous.

Obama et Trump sont par conséquent, à leur manière, deux frères rivaux d’une Histoire en marche. Ils furent et ils sont deux de ces puissances incommensurables que constituent les symboles en politique. L’un a parachevé une époque ; l’autre en porte une nouvelle.

En 2008, les Etats-Unis furent à la hauteur du monde et de l’époque par le symbole qu’elles leur donnèrent. La question qui se pose à présent est de savoir si les Etats-Unis seront encore à la hauteur de leur destinée manifeste – celle d’imprimer au monde la marche à suivre – avec l’élection ou non de Donald Trump.

L’Etat zombie

Aux premières rencontres du Carrefour de l’Horloge, je fus gentiment convié à intervenir sur un sujet qui m’est cher aujourd’hui – celui, épineux, de l’État.

Je pus dès lors développer succinctement l’idée de « l’Etat zombie », dont je fais ici un compte rendu écrit à l’attention de tous ceux qui me le demandèrent.

1 – Je parlai de la question de l’État en France, au prétexte que cette question se pose avec plus d’acuité dans notre pays que sous d’autres tropiques. On a dit que, contrairement aux autres Nations, l’État, en France a existé avant la nation, tandis que, généralement, la nation préexiste avant qu’elle ne se dote d’un État. Par nation, vous pouvez entendre « peuple ». Cela peut paraître excessif ; disons plutôt que l’État et la nation en France se sont créés de façon concomitante. Cela fait de la France un Etat-Nation par excellence : l’État et la Nation étant à ce point chevillés charnellement dans l’Histoire qu’il semble que s’en prendre à l’État, pour un Français, c’est s’en prendre à la Nation du même coup.

2 – Sans entrer dans un long développement philosophique sur la nature de l’État, je me contentai d’en exprimer les objets, les sources de sa légitimité et les justifications de son existence. D’une manière générale, l’État est censé défendre des intérêts. Dans une conception marxiste, l’État est fondé pour défendre les intérêts de la classe dirigeante. Dans une conception nationale, l’État doit défendre les intérêts du peuple, ou des populations, ou des individus qui le composent, qu’il a l’honneur de présider. Par « défendre les intérêts », il faut entendre « garantir la survie et promouvoir la puissance ». Dans une conception hobbesienne, l’État trouve sa légitimité par la concorde civile, par la paix, qu’il établit dans la société, notamment en introduisant parmi les hommes l’ordre et la justice. En résumé, l’État trouve la justification de son existence dans la défense des intérêts du peuple qu’il permet, et dans la concorde civile qu’il assure.

3 – Le problème actuel, c’est que l’État (pour ne parler que du cas Français) a, absolument et systématiquement, inversé tous ses objets originels. Par voie de conséquence, il est désormais possible de s’interroger sur sa légitimité.

Je n’écrirai pas ici tous les reproches qu’il est possible d’émettre à l’État actuel. Ils sont connus : infantilisation du citoyen, désarmement moral et spirituel, fiscalité impossible, inflation législative, application méthodique en vue du changement de peuple, introduction des germes de la discorde civile par la société multiculturelle mise en place, interdiction de défendre son honneur, soit individuel, soit national, bureaucratie, lourdeur, absence de projet, etc. En somme, ni le peuple, ni l’individu, ne voit ses intérêts défendus par l’État : au contraire, il les voit menacés par lui.

4 – Nous nous retrouvons donc en face d’un État à son stade zombie. Les films sur les zombies font florès aujourd’hui, or, qu’est ce qu’un zombie ? Quelque chose autrefois bien portant, désormais mort, qui avance lentement, qui est lourd, qui ne ne pense plus, et qui n’a plus d’autres projets que de se retourner contre sa propre famille, ses anciens congénères, pour les dévorer. L’État actuel est zombie. Autrefois efficient, désormais lourd, incapable de penser, de se projeter, et dont l’unique objet, même s’il est inconscient, est de chercher à dévorer son propre peuple.

5 – Face à ce constat, une critique simpliste mais qui n’en demeure pas moins pertinente : « Ce n’est pas l’État qui est en cause, c’est ceux qui le président. Pourquoi incriminer le véhicule quand il ne s’agit que de la nullité du conducteur ? ». Façon de dire, changez de président de la République et de ministres, mettez Marine Le Pen, Philippe de Villiers, votre serviteur, Napoléon ressuscité ou Dieu le père, et tout pourrait entrer dans l’ordre. Réflexion d’une banalité confondante, à laquelle il faut répondre par l’Histoire : pourquoi un État est-il à son stade zombie ? D’abord, parce qu’il est mort.

Entendu que les morphologies politiques (la Citée, l’Etat-Nation, etc.) appartiennent à l’Histoire, alors il faut les inscrire dans une temporalité. Ce ne sont pas des « objets » absolus et éternels. Ils ont une jeunesse, un âge mur et une mort. L’Histoire montre des milliers de fois où des personnes de bon sens et de hautes capacités prirent le pouvoir à des moments où leurs empires étaient déjà moribonds. Ils parvinrent parfois à retarder l’échéance, mais ne renversèrent jamais la fatalité.

6 – Sans aller jusque là et ne pouvant, hélas, pas entrer dans les détails, il faut convenir que la réforme de l’État, à un stade où il est aujourd’hui à un niveau de complexité très élevée, que la corruption y règne, que ses ramifications sont partout et que son idée, en général, n’est plus soutenue, se révèle être d’une difficulté sans pareille. Quiconque prendrait le pouvoir sans avoir conscience que, face à un arbre qui est prêt à mourir (si l’on veut encore croire qu’il n’est pas déjà mort), il faille élaguer au maximum pour le voir refleurir, ne parviendrait pas à le diriger. Les nouvelles Lois qu’il ferait, les nouveaux règlements qu’il établirait, viendraient tous s’ajouter aux anciens et, tombant dans le tonneau des danaïdes, il en résulterait encore plus de lourdeur, d’incompréhensions et de complexité. A la tête d’un État zombie, pour le soigner, le diriger, il faut recourir au sécateur.

7 – Quoiqu’il en soit, ni vous, ni moi, n’avons le pouvoir, et nos amis qui espèrent un jour le prendre, n’en sont pas assurés. En attendant donc cette heureuse probabilité, si l’on souscrit à l’idée de l’Etat-zombie, il faut agir avec l’État comme on agirait en face d’un vrai zombie : il ne nous reste qu’à nous éloigner de lui, ou de lui tirer dans la tête.

L’obligation de penser le monde qui vient

Que l’on s’arrête un temps sur la politique française : on n’y trouvera que de la com. Les choses qui encore se font, se font, à la limite, à l’échelon local – à l’échelon, dirons-nous, communautaire. Pour le reste, c’est à dire au niveau national, il n’y a qu’une stricte application des élans de l’époque, laquelle obéit à une décomposition progressive de tous les acquis des siècles. Le Parti Socialiste au pouvoir, à la suite de l’UMP, détricote les fondamentaux de la France que nos grands-parents et parents ont connu : éducation, symboles, fonction publique, identité, autorité, culture, centralisation, etc. Cette politique effective de déconstruction semble être la seule possible au pouvoir, comme si elle obéissait à des impératifs qui appartiendraient à un déterminisme historique obligatoire d’intermède entre deux siècles. Quand à ceux qui briguent le pouvoir national, les Républicains et les Frontistes, leur rhétorique consiste à vouloir, justement, restaurer. Les uns et les autres veulent « restaurer l’autorité de l’Etat », « appliquer la laïcité telle qu’elle fut pensée en 1905 », « retrouver notre souveraineté nationale », « revenir à l’assimilation », quand il ne s’agit pas de « retrouver notre monnaie nationale » etc. Or, la politique des « re » est pure tautologie d’une nostalgie qui trouve, bien sûr, ses clients et ses électeurs en démocratie. Mais en fin de compte, il ne s’agit que de « com », car s’il peut être pratique de s’adresser à la foule des inquiets qui abondent toujours en périodes historiques  intermédiaires, et de s’adresser à eux à travers une redondance d’appels au passé, il n’en demeure pas moins qu’aucune politique pérenne ne peut se fonder exclusivement sur des « re ». Les exemples historiques – de Sylla, qui voulut refaire la Rome républicaine et aristocratique, à De Gaulle, qui voulut restaurer la France – montrent toujours que ces intentions ne peuvent être que passagères, et que les civilisations, comme les nations et comme les siècles, obéissent toujours à la maxime d’Héraclite : on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve. Or, l’Histoire est le fleuve par excellence.

Résumons :

1 – Nous vivons une période historique intermédiaire qui bientôt va finir, raison pour laquelle la déconstruction des fondamentaux de la France (déconstruction qui, en vérité, a déjà commencé il y a 1 ou 2 siècles) s’accélère particulièrement en ce moment.

2 – Nous entrons progressivement dans un nouveau siècle, avec ses propres conditions, temporalités, impératifs et nécessités.

3 – Les hommes politiques au pouvoir ne font qu’accompagner, consciemment ou non, cette décomposition du temps passé. Quant à ceux qui n’y sont pas, ils ne font qu’appeler à sa restauration qui jamais ne viendra, ou, au mieux, que pour un temps très court, comme les derniers soubresauts d’un mourant.

4 – Les intellectuels actuels n’ont comme seul objet de pensée la destruction du monde qu’ils connaissaient. C’est pourquoi le monde de l’intelligence passe tout entier « à droite », parce qu’il s’aperçoit du carnage et du changement mais se contente, comme les politiques, à le pleurer.

5 – La nécessité pour les intellectuels et les politiques d’aujourd’hui est plutôt de penser le monde de demain pour y projeter des volontés. Finis les « re » : il faut vouloir dans les nouvelles conditions possibles qui se mettent en place petit à petit.

J’imagine que tout ceci est très dur à avaler, car cela fait fi de nos affects et de notre tendresse pour un monde qu’il y a peu nous touchions encore. Pourtant, si l’on veut échapper au règne de la com et/ou de l’impuissance politique, il nous faudra faire le deuil d’un certain nombre de choses pour penser les meilleurs solutions afin d’en préserver d’autres.

J’ajoute qu’il ne s’agit pas là d’un fatalisme pessimiste ; au contraire : plutôt que de perdre son temps dans des combats perdus, une envie impérieuse d’affronter le monde qui vient.