A reflection on transhumanism from a Traditionalist perspective

Dr. Laurent Alexander’s book ‘’La guerre des Intelligences’’ should be known by every sensible person. Its subject is indisputable: we are experiencing a true anthropological revolution, perhaps the most important of our entire history, but nobody or hardly anybody in Europe, is really paying attention. Is this another sign of the almost pathological wish of the Europeans to completely break with History, and therefore, with the game of power between nations? Unfortunately, this may well be the case, but this is not the subject of this article.

I would like to reflect especially on the thesis of Laurent Alexandre – which to me seems almost impossible to question – and how to react to it in a political and philosophical sense. When I say ‘’’we’’ I indeed speak of the French, and more generally of the Europeans, but everybody will understand that I will focus even more on the reactions of right-winged thinkers, conservatives and/or traditionalists -to who I consider myself to belong-,  because this revolution which is now taking place invites us to also revolutionize our ideas.

Let us briefly summarize dr. Alexandre’s thesis: artificial intelligence and our dependence on it will continue to grow incessantly. Artificial intelligence already surpasses our human capacities in many fields and could destroy most professions which were formerly thought to be the exclusive domain of mankind and of mankind alone (for example medicine). In order to compete with AI, and, most of all, to keep a grasp on it, mankind will need to improve its cognitive capacities. If not, mankind risks to be completely outclassed. Therefore, any progress in the field of AI demands equal progress in the field of what is called ‘’transhumanism’’, one cannot go without the other. Thus, other than to stop all research on AI and to destroy all of the smartphones we have in our hands, there is not much that will stop the studies and practices on the genome, the brain and our body that will soon upset our human experience. Needless to say, no one will destroy their smartphones, and if a country decided to stop research unilaterally, China and the United States, that (unlike us) do still see themself as powers, are definitely not willing to stop.

All those who doubt the aforementioned thesis I recommend to read Laurent Alexandre’s book before continuing to read this article. I believe it to be very convincing and therefore the rest of this article will build on the assumption that his thesis is true.

Bio-conservatism and the fear of transhumanism

The first reaction of  « people like us » to transhumanism and progress of AI is fear, even disgust. Transhumanism and AI bring us into an unknown world of which we naturally have many fantasies. We imagine a cold and dehumanized world, ruled by technology, filled with genetic manipulations carried out by sinister German-accented scientists. Moreover, our holistic and communal conceptions rebel against the idea of a God-man demiurge of himself, a sort of acme of Western liberal individualism, ready to abolish the rules of Creation to satisfy his Ego and his thirst for power. The ‘’instinctive’’ reaction of a human being is to squint as a sign of concern and distrust. If this ‘’human being’’ is right-winged, that is to say, more averse than others to what we call ‘’progress’’, he will squint all the more as a sign of aggression, wishing to lock himself in a ‘’bio-conservative’’ ideology whose sole purpose can only be a status quo, not wanting to revisit the progress of medicine and the supercomputers that it already uses.

Personally, I had this initial instinct as well, which I think is normal and rather healthy. At first I shared the ‘’bio-conservative’’ ideas. But now, I believe them to be vain. Transhumanism will pass as all the other technical and human revolutions have passed, leaving conservatives in their tears by the side of the road. For at least two centuries, conservatives have been losing, because ultimately all they can do is lose, since life and history are essentially moving rivers that no one can stop. Conservatives never stop anything, they add only bitterness to the earthquakes that periodically wave humanity. One must understand: to not accept an ongoing revolution, be it for moral and ethical reasons, will not prevent it from taking its course.

I believe, therefore, that we should not approach this matter from a conservative but rather a traditionalist position. The difference is immense. Conservatism is a distrust and caution that may escalate into sclerosis. Mistrust and caution must be maintained, but sclerosis must be avoided. This is why traditionalist views are useful.

Objectives of traditionalist philosophy

Traditionalism is not, contrary to what one can believe, « reactionary ». Traditionalistic thinkers are more interested in the meaning given to humanity and to the specific demands that come with it. From the very beginning the traditionalist conception has been characterized by two elements: the will of mankind to improve and the harmony with the Universe which it must reach. Let us see if these two ambitions can reconcile with « transhumanism ».

Contrary to Rousseau’s concept of the ‘’noble savage’’, the traditional conception has never ceased to value education and selection. Man is not, by nature, something that has ‘’value within itself’’, but rather something that can, potentially, become of value through his actions and thoughts, reflections and achievements. From a young Hindu at the school of his Brahmin master, to the current Polytechnics, we know that a human being needs to be formed, informed, educated, and sometimes even ‘’trained’’ to achieve the true status of a ‘’man’’, and only this status, will make him honourable. It is by perpetual work on one’s body and soul that a man can differentiate himself from animals, that he can produce art and philosophy, that he can expand his influence in the world, that he can protect himself from perils, and that he can ameliorate his capacities at the same time. Education, as long as we validate its principle, has always had the aim to increase the cognitive and physical abilities of a human being.

This education and its corollary, selection, fundamentally aim to improve the species, which is therefore able to explore the universe, to unravel the mysteries of the Spirit, to better understand the world’s nature through philosophy and spirituality, and to produce art, i.e., precisely, what spikes imagination and creation that will serve beauty and wonder. Since the dawn of time, it is through these objectives that humanity has found its meaning, a meaning that is unique to it, that differentiates it from other mammal species and only this, makes humanity honourable.

What is the ultimate aim of this education, of this desire to improve and upgrade mankind? At the roots of traditionalist thinking, the Brahmans of the Vedic period, that of the unparalleled Upanishads, directed men to integrate and understand ‘’the Atman’’, i.e., ‘’the soul of the world’’, in order to be truly in touch with the Creation, with the Universe. This ability to reach the atman, the ultimate stage, called for high-pitched cognitive abilities, and the whole Brahman society was focused on this supreme goal. Medieval Christianity was not far removed from sharing a similar goal, inviting the ‘’best’’, i.e. the saints, to ‘’connect’’ with God through spiritual, philosophical and metaphysical exercises that were certainly within everyone’s reach. In Sufi Islam, the most spiritual branch of Islam, the goal is no different: one must be able to penetrate the ‘’One’’, a sort of rehash of the Vedic Atman. Thus, all the great movements of spiritual thought, have always called for more intelligence, more capabilities and more strength.

Man’s nature and dignity

In sum, when we summarize the traditionalist philosophy, the objectives it demands of humanity and the different means to reach those objectives, we see that everything was done to improve humanity (and especially its intelligence) in order to better understand the universe. This is the meaning of the ‘’dignitas’’ of man, once theorized in classical humanism. In the possibilities offered by transhumanism, notably the improvement of IQ and the strength of the body, there are no differences of kind to be found with the « sense » of man that Tradition once gave to it, there is merely a difference of degree. The moment we agree with the idea that Man finds his dignity in self-improvement through education and excellence in order to better understand and conquer the Universe, and (find his dignity) in its capacity to create, there is no reason to incriminate new means to achieve it. That would be to consider it reasonable to go from point A to point B on horseback, but unreasonable to drive there. To consider it reasonable to kill a man with a club, but not with a shotgun. Which would be absurd. The principle remains the same, merely the means change. Therefore, if a conservative‘’validates’’ the principle, he must open his mind to the means available that serve the same principle, or he will run the risk to be illogical and to become bitter.

One could argue that the various means formerly used to achieve these human goals still belonged to nature, whereas transhumanistic methods are completely technical. A reflection for those reasoning this way: at the end of the 18th century, the German philosopher Schelling introduced the ‘’philosophy of nature’’ into Western thinking, a kind of premise of the German romanticism that would arise in the following century, which after two centuries of rationalistic and abstract thinking, would somewhat reconnect with Traditionalism and its carnal connection with nature. Now, what does Schelling tell us? That the achievements of mankind are to be interpreted as achievements of Nature itself, since mankind is part of Nature. Technology/Technique, art and human constructions are not attempts to escape Creation, but are phenomenons originations from Creation itself. Transhumanism and artificial intelligence are therefore also creations of Nature, because it is the very nature of man to create.

The challenge: the meaning given to transhumanism

The real challenge of transhumanism becomes apparent with the question of how humanity must use it, rather than the question of whether it should be abolished or not. To clarify, here are some concrete examples: transhumanism, should it be used for a mediocre man who wants nothing in life but to enjoy himself, to have three vagina’s and two anusses implanted in order to have more pleasure, like in a Houellebecq novel? Or should it serve a man who would increase his intellectual and physical capabilities in order to, more successfully, achieve the goals that Tradition has prescribed for him, namely: to create, to conquer and to understand? Should AI enable mediocre people to quit working, with robots replacing all jobs, and consequently allow them to indulge in idle inactivity under curatorship of a universal income? Or on the contrary, shoud it push mankind to seek new scenes of expansion, whether it be physical (the universe, ecology) or intellectual (art, spirituality)? Even more prosaic: should AI and transhumanism only serve the power of our competitors, the US and China, or should it also allow Europe to remain a world power?

All these questions show that the right is wrong to have a fixed opposition regarding this technical progress, because in truth it absolutely demands a determination of its ‘’meaning’’ in order to use it. If the Traditionalist though wishes to escape the debate by closing its eyes, this ‘’meaning’’ will then be provided by individuals who are in fact unsavoury, self-obsessed sorcerer’s apprentices with mediocre instincts. I repeat: the question of the meaning given to transhumanism must be the sole issue, the sole debate, not transhumanisme in itself, which is already here.

There are still many things to be said. For today, I will stop here, but the opportunities offered by these new technologies, if they can turn our heads, require a solid backbone. This is why Tradition can perfectly conjoin technical and human progress: it must be the column that will hold up our heads, especially if, in the future, our heads become heavier from intelligence.

Penser le transhumanisme avec la Tradition

La guerre des Intelligences de Laurent Alexandre

Le livre du docteur Laurent Alexandre « La guerre des intelligences » est à mettre dans toutes les intelligences. Son objet est sans appel : nous sommes en train de vivre une véritable révolution anthropologique, peut-être la plus importante de toute notre histoire, et personne ou presque, en Europe, ne s’y intéresse véritablement. Est-ce encore un signe de la volonté presque maladive des européens de sortir définitivement de l’Histoire et, donc, du jeu des puissances ? Peut-être bien, hélas, mais ce ne sera pas le sujet de cet article.

J’aimerais réfléchir à haute voix sur la thèse de Laurent Alexandre – laquelle me semble difficilement contestable – et sur la réaction philosophique et politique que nous devons avoir à son égard. Quand je dis « nous », je parle bien sûr des Français, et plus généralement des Européens, mais chacun comprendra que je me concentre plus encore sur les réactions des penseurs « de droite », « conservateurs » et/ou traditionalistes, dont je fais parti, car cette révolution qui est à l’œuvre nous invite aussi à révolutionner nos idées.

Résumons rapidement la thèse du docteur Alexandre : l’intelligence artificielle et la dépendance à son égard ne cessent de croitre. Celle-ci dépasse déjà les capacités humaines en bien des domaines et pourrait logiquement détruire la plupart des métiers que l’on croyait autrefois dévolus aux hommes et aux hommes seuls (comme la médecine par exemple). Afin de « concurrencer » cette IA, et, surtout, de pouvoir la manier, l’homme devra nécessairement améliorer ses capacités cognitives, sous peine d’être complétement dépassé. Dès lors, tous les progrès de l’IA appellent par nature des progrès de ce que l’on appelle le « transhumanisme », l’un ne pouvant aller sans l’autre. Ainsi, sauf à cesser toutes recherches sur l’IA, et à détruire dès maintenant les smartphones que nous avons entre les mains, les études et les pratiques sur le génome, le cerveau et notre corps ne s’arrêteront pas et bouleverseront très bientôt notre expérience de l’humain. Inutile de dire que personne ne détruira son Smartphone, et que, de toutes façons, si un pays décidait unilatéralement l’arrêt des recherches, la Chine et les Etats-Unis, qui se conçoivent encore comme des puissances (contrairement à nous), ne sont pas prêts, eux, de cesser.

Que tous ceux qui doutent de cette thèse lisent le livre de Laurent Alexandre avant de continuer de lire cet article. Je le crois très convainquant, et je partirai donc du postulat que sa thèse est véridique.

Le bio-conservatisme et la peur du transhumanisme

La première réaction des « gens de chez nous » face au transhumanisme et au progrès de l’IA est la peur, voire le dégout. Ceux-ci nous font entrer dans un monde que nous ne connaissons pas et nous sommes naturellement gorgés de fantasmes à son propos. Nous imaginons un monde déshumanisé où règnerait la froide technique, rempli de manipulations génétiques accomplies par de patibulaires scientifiques à l’accent allemand. De surcroit, nos conceptions holistes et communautaires regimbent face à l’idée d’un homme-Dieu démiurge de lui-même, sorte d’acmé de l’individualisme libéral occidental, prêt à abolir les règles de la Création pour satisfaire son Ego et sa soif de puissance. La réaction « instinctive » d’un être humain est de plisser les yeux en signe d’inquiétude et de défiance. Si cet « être humain » est de droite, c’est à dire plus rétif que les autres à ce que l’on appelle « le progrès », il les plissera d’autant plus en signe d’agressivité, souhaitant s’enfermer dans une idéologie « bio-conservatrice » dont l’unique objet ne peut être qu’un statu quo, lui-même ne voulant pas revenir sur les progrès de la médecine et de ses superordinateurs qu’il utilise déjà.

Je suis personnellement parti de cet instinct, que je crois normal et plutôt sain. J’ai partagé de prime abord les conceptions « bio-conservatrices ». Mais désormais, je les crois vaines. Le transhumanisme passera comme sont passées toutes les autres révolutions techniques et humaines, laissant toujours les conservateurs dans leurs larmes au bord de la route. Depuis au moins deux siècles, les conservateurs perdent toujours car ils ne peuvent, en définitive, que perdre, la vie et l’Histoire étant par essence des fleuves mouvants que nul ne peut arrêter. Les conservateurs n’arrêtent jamais rien, ils ajoutent seulement de l’aigreur aux tremblements de terre qui agitent périodiquement l’humanité. Il faut être sûr de cela : ne pas accepter la révolution à l’œuvre, pour des raisons morales et éthiques, n’empêchera en rien que celle-ci suive son cours.

Je crois, dès lors, qu’il faut non pas aborder cette question avec des positions conservatrices, mais plutôt traditionalistes. La différence est énorme. Le conservatisme est une défiance et une prudence qui peuvent dégénérer en sclérose. Il faut garder la défiance et la prudence, mais se garder de la sclérose. C’est en quoi la pensée traditionaliste est utile.

Objectifs de la pensée traditionnaliste

La pensée traditionnaliste n’est pas, contrairement à ce que l’on peut croire, « réactionnaire ». Elle s’intéresse plutôt au sens donné à l’humanité et aux exigences particulières qui lui échoient. Deux éléments la caractérisent depuis l’origine : la volonté d’amélioration de l’homme et l’harmonie avec l’Univers auquel il doit accéder. Voyons donc si ces deux ambitions peuvent se marier avec le « transhumanisme ».

Contrairement à la pensée roussauiste du « bon sauvage », la pensée traditionnelle n’a de cesse de valoriser depuis ses origines l’éducation et la sélection. L’homme n’est pas, par nature, quelque chose ayant une « valeur en soi », mais plutôt quelque chose qui peut, potentiellement, accéder à la valeur, par ses actes et ses pensées, ses réflexions et ses réalisations. Depuis le jeune hindou à l’école du maître brahmane jusqu’au polytechnicien actuel, l’on sait qu’un être humain nécessite d’être formé, instruit et éduqué, voire parfois « dressé », pour atteindre le véritable statut « d’homme » qui seul, lui fait honneur. C’est en travaillant sans cesse sur son corps et sur son esprit que l’homme peut se différencier de l’animal, produire de l’art et de la philosophie, amplifier son influence dans le monde, se protéger des périls et développer au mieux ses capacités. L’éducation, du moment que l’on valide son principe, a pour objectif d’accroitre les capacités cognitives et physiques de l’être humain, et ce depuis l’origine.

Cette éducation et son corollaire, la sélection, ont fondamentalement pour objectif d’améliorer l’espèce, laquelle est ainsi capable d’explorer l’univers, de percer les mystères de l’Esprit, de mieux comprendre la nature du monde à travers la philosophie et la spiritualité, et de produire l’art, c’est à dire, précisément, ce qui excite l’imagination et la création au service de la beauté et de l’émerveillement. C’est à travers ces objectifs que l’humanité trouve son sens depuis la nuit des temps, un sens qui lui est propre, qui la différencie des autres espèces mammifères et qui seul, lui fait honneur.

Quel est l’objectif suprême de cette éducation, de cette volonté d’améliorer l’homme et de l’augmenter ? A la source de la pensée Traditionnelle, les brahmanes de la période védique, celle des incomparables Upanishads, orientaient les hommes afin qu’ils puissent intégrer et comprendre « l’âtman », c’est à dire « l’âme du monde », afin d’être véritablement en contact avec la Création, avec l’Univers. Cette faculté d’atteindre l’âtman, le stade ultime, demandait des capacités cognitives de hautes volées, et toute la société brahmanique était tournée vers cet objectif suprême. Le christianisme médiéval n’était pas loin non plus de partager un objectif similaire, invitant les « meilleurs », c’est à dire les saints, à se « connecter » à Dieu par des exercices spirituels, philosophiques et métaphysiques qui n’étaient assurément pas à la portée de tout le monde. Dans l’Islam soufi, la plus spirituel qui existe, l’objectif n’est pas différent : il faut être capable de pénétrer l’ « Un », sorte de resucée de l’âtman védique. Ainsi, tous les grands courants de pensées spirituels, les plus élevés de l’histoire humaine, ont toujours réclamé plus d’intelligence, plus de capacités et plus de force.

Nature et dignité de l’homme

En somme, lorsque l’on résume la pensée traditionnelle, les objectifs qu’elle demande à l’humanité et les différents moyens pour les atteindre, l’on constate que tout était fait pour améliorer l’humanité (et notamment son intelligence) afin de mieux comprendre l’Univers. C’est là le sens de la « dignitas » de l’homme autrefois théorisé dans l’humanisme classique. Dans les possibilités qu’offre le transhumanisme, notamment l’amélioration du QI et la force du corps, il n’y pas de différences de nature avec le « sens » de l’Homme que donnait autrefois la Tradition, seulement une différence de degré. A partir du moment où nous sommes d’accord avec l’idée que l’homme trouve sa dignité dans l’amélioration de lui-même par l’éducation et le dépassement en vue de mieux conquérir l’Univers, de mieux le comprendre, et dans sa capacité à créer, il n’y a dès lors pas lieu d’incriminer les nouveaux moyens pour y parvenir. C’est comme si l’on trouvait raisonnable d’aller d’un point A à un point B à cheval et déraisonnable d’y aller en voiture. C’est comme si l’on trouvait raisonnable de tuer un homme avec un gourdin mais pas de le tuer avec une arme à feu. Cela serait absurde. Le principe reste le même, seuls les moyens changent. Par conséquent, si le conservateur « valide » le principe, il doit s’ouvrir aux nouveaux moyens au service du même principe, sous peine d’être illogique en plus d’être aigri.

On pourrait me rétorquer que les différents moyens autrefois utilisés pour atteindre ces objectifs humains appartenaient encore à la nature quand les méthodes transhumanistes ne sont que techniques. A ceux-là, une réflexion : le philosophe allemand Schelling, à la fin du XVIIIe siècle, introduisit dans la pensée occidentale la « philosophie de la nature », sorte de prémisse du romantisme allemand du siècle suivant, lequel, après deux siècles de pensées rationalistes et abstraites, renouera quelque peu avec la pensée de la Tradition et de son lien charnel avec la Nature. Or, que nous dit Schelling ? Que les accomplissements de l’homme, puisque lui-même fait parti de la Nature, sont à interpréter comme des accomplissements de la Nature elle-même. La technique, l’art et les constructions humaines ne sont pas des tentatives d’échapper à la Création, mais bien des phénomènes issus de la Création elle-même. Le transhumanisme et l’intelligence artificielle sont aussi des créations de la Nature, car il est dans la nature même de l’homme de créer.

L’enjeu : le sens donné au transhumanisme

L’enjeu sur la question du transhumanisme appartient davantage au sens avec lequel l’humanité doit l’utiliser plutôt que sur la question de savoir s’il faut l’abolir ou non. Afin que les choses soient claires, prenons des exemples concrets : le transhumanisme doit-il servir à l’homme médiocre qui ne veut plus que jouir, en se faisant greffer trois vagins et deux anus pour prendre plus de plaisir, comme dans un roman de Houellebecq ? Ou doit-il plutôt servir l’homme qui augmenterait ses capacités intellectuelles et physiques pour mieux atteindre les objectifs que la Tradition lui a prescrit: créer, conquérir et comprendre ? L’IA doit-elle permettre aux hommes médiocres de ne plus travailler, la robotique remplaçant tous les travaux, et par conséquent se complaire dans une inactivité oisive sous curatelle d’un revenu universel, ou au contraire pousser l’homme à chercher de nouveaux théâtres d’expansion, qu’ils soient physiques (l’univers, l’écologie) ou intellectuels (l’art, la spiritualité) ? Plus prosaïque encore : l’IA et le transhumanisme ne doivent-ils servir que la puissance de nos concurrents que sont les Etats-Unis et la Chine, ou doivent-ils aussi permettre à l’Europe de rester une puissance mondiale ?

Toutes ces questions montrent que la droite a tort de s’enfermer dans un posture négative à l’égard de ce progrès technique, car en vérité celui-ci demande absolument qu’on lui détermine un « sens » pour son utilisation. Ce sens, si la pensée de la Tradition ne lui donne pas en souhaitant échapper au débat et en fermant les yeux, lui sera alors procuré par des individus en effet peu recommandables, des apprentis sorciers imbus d’eux-mêmes et aux instincts médiocres. Je le répète : la question du sens donné au transhumanisme doit seul être l’enjeu, le débat, pas le transhumanisme en lui-même qui, de toutes façons, est déjà là.

Il y aurait encore bien des choses à dire. Je m’arrête là pour aujourd’hui, mais les perspectives que nous offrent ces nouvelles technologies, si elles peuvent nous faire tourner la tête, demandent justement une colonne vertébrale solide. C’est pourquoi la Tradition peut parfaitement épouser les progrès techniques et humains : elle doit être la colonne grâce à laquelle nos têtes tiendront, surtout si celles-ci deviennent, demain, plus lourdes d’intelligence.

Réflexion sur la disparition de la droite

L’élection présidentielle française de 2017 n’aura pas connu de candidats de droite. Aucun. Entre les petits candidats et les deux gros représentants de l’aile droite de l’électorat – respectivement Les Républicains et Front National – il n’y eut personne pour incarner et revendiquer une filiation intellectuelle à proprement parler de droite. Dans les élections précédentes, Nicolas Sarkozy, bien aidé par des stratèges cultivés comme Patrick Buisson, parvint à faire illusion. Il fit campagne à droite et gouverna ensuite comme les autres. Mais dans celle de 2017, nous eûmes un représentant classique de l’orléanisme qui n’hésita pas à se revendiquer régulièrement, lui aussi, du progressisme, et une candidate populiste qui passa le plus clair de son temps à chasser sur les terres de gauche par le biais d’un souverainisme intégral qui, lui aussi, osa se revendiquer du progressisme. Ces deux représentants abâtardis de la droite perdirent lamentablement cette élection, laissant les clefs du vieux pays de France au successeur de François Hollande le socialiste, parfait représentant assumé du progressisme libéral de gauche. Aujourd’hui, la droite est en morceaux. Elle le serait à moins. Dès lors, tous les refrains scandés sont des variations d’un même thème : celui de la refondation. Comment refonder la droite ? Sur quelles idées ? Sous quelle forme ?

Déjà s’opposent les tendances. Dans la droite républicaine d’abord, beaucoup, subjugués par Emmanuel Macron, souhaiteraient entrer encore plus avant dans la « modernité », entendu au sens que lui donnent les représentants du camp d’en face. Dans la droite populiste, ou « extrême-droite », comme on l’appelle toujours, beaucoup aimeraient se muer encore plus davantage en un grand mouvement « ni droite-ni gauche », exclusivement représentant des classes populaire contre un « bloc bourgeois » composé « d’élites mondialisés » ou « égoïstes». En somme, la tendance des deux grands partis en exercice n’est en aucun cas un retour aux fondamentaux de droite, tant dans le fond que dans le style.

Pourquoi cette défiance des représentants politiques pour la droite ? Pourquoi celle-ci, dont la chance est de reposer pourtant sur un corpus doctrinal solide, des centaines d’auteurs prestigieux et une philosophie pertinente pour l’époque, ne parvient t’elle pas à s’incarner, à se représenter dans un mouvement politique ? Pour comprendre ce curieux phénomène, il est de surcroit impossible d’invoquer « l’esprit du temps », car celui-ci prête partout son flanc à la droite, ou du moins à ce qu’elle représente. Insécurité, terrorisme, crise identitaire, perte du sens, déchirement du lien social, désastre scolaire, enlaidissement du monde, recul de l’autorité, économies en berne, retour de la realpolitik à l’international : autant de gros titres quotidiens dans nos journaux qui appelleraient naturellement la réponse d’une droite solide et assumée. N’ayant plus gouverné depuis, au moins, le Général De Gaulle, elle n’est pour rien dans les désordres du monde actuel : dès lors, ses messages, sa praxis et ses idées seraient considérablement légitimes. Or, il n’en est rien.

La faute à quoi, alors ? Plusieurs explications s’offrent à nous.

D’abord, l’inculture de nos hommes politiques. Ceux-ci n’ont plus l’épaisseur intellectuelle d’autrefois. A cause du système scolaire, de l’air du temps et d’une certaine paresse, la maîtrise des humanités n’est plus la condition préalable à tout engagement politique. La communication seule sélectionne le bon grain de l’Ivraie électorale. Quant au pouvoir, le vrai pouvoir, il a quitté peu à peu les assemblées et les palais élyséens pour se nicher plutôt dans les sphères de la haute finance. Dès lors, les hommes de qualité prirent souvent, hélas, le même chemin que le pouvoir fuyant. Sortis des grandes écoles, ils privilégièrent plus tendanciellement les carrières dans le privé pour ne laisser la toge qu’aux seconds couteaux.

Cette médiocrité intellectuelle et culturelle est flagrante pour qui a déambulé dans les arcanes politiques. Les hommes de droite qui se proclament et se revendiquent « de droite » sur les plateaux télé seraient bien embêtés s’ils devaient justifier, philosophiquement, leur étiquette. A leur décharge, si le déficit culturel frappe l’ensemble de la classe politique, voire l’ensemble de « la nouvelle élite » parisienne et mondiale, il frappa préalablement tout ce qui tenait lieu de « culture de droite ». Cette dernière, dans la grande liquidation culturelle française, fut sacrifiée en premier. Sacrifiée, car inutilisable.

Par ce qualificatif : « inutilisable », nous en venons à la deuxième raison de l’incroyable fébrilité des hommes politiques Français voulant rester fidèles au corpus idéologique de droite : c’est que celui-ci a été marqué du sceau du péché. On prête à Staline ce conseil à la gauche : « Accusez toujours vos adversaires de fascistes. Le temps qu’ils se justifient, vous pourrez porter de nouvelles attaques. ». Il fut mille fois suivi, et Léo Strauss, dès 1951, théorisa cette tactique malveillante avec l’invention du « Reductio Ad Hitlerum », manière de stériliser tout débat par la diabolisation de l’adversaire de droite. Par cette manière de faire et d’échanger, la gauche triompha complétement, imposant ses valeurs, ses codes, ses symboles, sa rhétorique, ses idéaux et ses chimères au débat public. La droite, elle, fut (et reste) terrorisée. Jean-Philippe Vincent, dans son livre « Qu’est ce que le conservatisme ? », ironise à ce propos : « Un homme public français qui, interrogé sur ses goûts littéraires, avouerait, par exemple, qu’il trouve le style de Sartre aussi bon que celui de Paul Bourget, que Simone de Beauvoir écrit comme le Guide Michelin et que Camus n’a pas tout à fait l’aisance de son maître Barrès commettrait un suicide médiatique. ». Multipliant les amalgames, les injonctions et les oukases, accusant toujours la droite, dès qu’elle s’essayait à quelques fidélités ou à quelques idées, d’être raciste, nationaliste, pourquoi pas antisémite, et de « faire le jeu du Front National » – donc de l’extrême-droite, donc d’Hitler – elle parvient à imposer l’idée médiatique selon laquelle « tout ce qui n’est pas de gauche est d’extrême-droite », mettant ainsi fin à tout débat politique sérieux en France. En guise de droite, seule la version orléaniste de celle-ci fut tolérée par la gauche, c’est à dire une version droitière appauvrie qui n’est, historiquement, qu’une ancienne gauche. En résumé, tant que la droite parlait d’argent et exclusivement d’argent, celle-ci pouvait être acceptée dans le débat public. Mais si celle-ci devait parler de ses valeurs, user de ses références intellectuelles, être en accord avec son style – alors, gare à elle. La voilà qui tombait immanquablement dans le camp des maudits et des pestiférés. Ce stratagème de gauche fonctionne toujours aujourd’hui, et il n’a que faire de son incohérence, de son manque de rigueur et de son absence de probité. Qu’importe pour lui de défigurer l’Histoire, oubliant volontiers que la droite qui lu Barrès et Maurras résista autant à l’envahisseur nazi (ils étaient nombreux à Londres avec le Général) que les radicaux-socialistes qui eux, en revanche, votèrent pour beaucoup les plein pouvoir au maréchal Pétain. Quel homme de droite oserait avouer avoir lu Barrès et Maurras hormis un fou suicidaire ? Moi-même, je ne m’y risquerai pas. En revanche, il est toujours de bon ton de parler de Sartre, lequel défendit toute sa vie l’URSS stalinienne, ou de lire Libération, lequel chanta les louanges des khmers rouges. Il y a des millions de victimes moins graves qu’une page acrimonieuse d’un écrivain de droite. Cela n’a aucun sens, mais c’est ainsi. Quoiqu’il en soit, il est désormais inutile de multiplier les exemples démontrant l’inanité de la reductio Ad Hitlerum de la droite dans son ensemble, car quelques signes d’espoirs – notamment dans la jeunesse – tendent à montrer que ce procédé vicieux a perdu de sa puissance. Peut-être est-il enfin le moment pour la droite de pouvoir s’assumer sans risquer d’être directement marquée du sceau du diable. Gageons que le débat intellectuel français n’en sera que vivifié.

Troisième et dernière raison de la peur de la droite d’être elle-même : sa mauvaise image dans l’opinion. Reconnaissons que celle-ci ne date pas d’hier : sous la IIIe République, un groupe de droite siégeait au Sénat sous l’appellation « gauche républicaine » par peur d’être assimilé à une dénomination problématique. La tradition bonapartiste elle-même, pourtant classée à droite par René Rémond dans son célèbre essai sur les droites françaises, a toujours répugné à se qualifier de la sorte. De Louis Napoléon Bonaparte jusqu’aux mouvement populistes actuels, en passant par le Général De Gaulle, ceux-ci préférèrent toujours se caractériser comme « patriotes », au dessus des clivages, ou « souverainistes », comme nous l’entendons aujourd’hui. Deux causes se dégagent de cette étrange pudeur. L’une appartient à la philosophie de la droite elle-même : celle-ci se conçoit comme « naturelle » quand la gauche est constructiviste. Elle doit incarner ce qui est, dans l’ensemble, et non un camp particulier. En conséquence, elle serait « la France », en l’état, prise au moment présent, avec son héritage et son essence propre, sans velléités particulières d’évolution ou de changements. La gauche seule avancerait et voudrait changer les choses. A défaut de vouloir incarner ce qui est, la gauche voulu toujours incarner ce qui sera. Ce point de vue eut des conséquences néfastes sur la vie politique de la droite, et ce depuis l’origine, car, dès lors, de l’incarnation fière et assumée de ce qui était, à l’accusation d’immobilisme permanent, il n’y eut qu’un pas. En refusant d’être un camp, une idéologie particulière, une « force qui va », pour n’être qu’une force qui conserve en embrassant la totalité présente à un moment T, la droite s’est elle-même coupée de la possibilité de se nommer elle-même. En restant fidèle à ses principes premiers, ceux, hélas, du refus de toutes marches en avant, elle a du même coup répugné à l’idée même d’un nominatif. Nous reviendrons sur ce sujet quand nous discuterons à la fois de la nature profonde et de la possibilité de la droite, mais nous serions injustes si nous n’évoquions pas aussi les résultats de la puissance idéologique de la gauche sur l’incapacité de la droite à se poser comme telle. Un élément apparait clairement dans l’inconscient régulièrement honteux de la droite : elle a longtemps incarné l’égoïsme des possédants, la défense des intérêts particuliers et l’injustice intrinsèque des puissants, tandis que la gauche, reprenant à son compte tout le vieux fond de la morale chrétienne, était, elle, du côté des exclus, des faibles, de la justice et du bien commun. La droite, face à ces accusations, qui ont profondément pénétrées les consciences, n’a jamais su réellement se défendre. Qu’importe qu’elle fût peut-être la première à penser la condition sociale à travers les légitimistes qui, de Villeneuve-Bargemont dès 1834 à Le Play avec le catholicisme social, s’en prirent avec véhémence au capitalisme qui s’installait peu à peu. Qu’importe aussi les liens historiques que la droite entretint toujours avec « le petit peuple », notamment celui des campagnes ; qu’importe aussi les différentes avancées sociales que l’on doit au Général De Gaulle par exemple : la gauche a longtemps réussi à imposer la caricature d’une droite qui serait le minable et cynique parti des héritiers et des égoïstes. Actuellement, elle parle moins à son endroit d’égoïsme que de fermeture, au monde, au progrès, à l’avenir. Et là encore, la droite ne sait pas se défendre, coupée qu’elle est de ses références intellectuelles et manquant cruellement d’imagination. Et, disons-le clairement : de compétences.

Dans ce bourbier intellectuel et politique, au milieu d’échecs électoraux, de reniements, d’injustices, de lâchetés et d’incompétences, la droite cherche désormais à se reconstruire. La « refondation » de la droite française sera le thème majeur de la vie politique des prochaines années. Les plus optimistes d’entre nous espèrent que l’état déplorable dans laquelle elle se trouve est peut-être bien la promesse d’un renouveau important. Mais, pour ce faire, il est indispensable qu’elle retrouve non pas seulement un chef, des élus ou une quelconque combinazione politique qui lui permettrait de fanfaronner dans les assemblées, mais une véritable âme, un esprit – son esprit – pour ne pas dire une philosophie inspirée par ses plus grands penseurs, ses plus belles et ses plus profondes références. Sans cela, la « recomposition », la « refondation » dont on parle, ne restera que pure forme et ne s’exprimera qu’au travers de bisbilles politicardes inutiles.

Qu’un homme de gauche n’ait ni de mémoire ni de culture : cela peut aller à son teint. Mais qu’un homme de droite soit ainsi : voilà une aporie.

De la nécessité de changer l’approche du Politique

Bases théoriques de prochaines initiatives. 

La providence a voulu que je commence la politique très jeune. Dès mes 14 ans, je commençai à m’y intéresser assidument, mais des recherches me firent dire qu’il ne fallait pas que j’entre en politique avant mes 30 ans. Pourtant, je ne suivis pas mes propres directives et, entre le militantisme à la faculté et le porte-parolat du FN durant la campagne présidentielle de 2012, je mis sérieusement mes mains dans le cambouis. A 26 ans, j’arrêtai net, afin de jeter un regard rétrospectif sur mes années d’engagement. Quelque chose ne me convenait pas. Un sentiment profond m’indiquait que la politique actuelle comportait trop de superficialité pour avoir, réellement, une incidence sur le présent et le futur. Depuis lors, je réfléchis à cette question, ayant à cœur de trouver une approche différente de la nécessité politique, car en tout, évidemment, la politique reste absolument nécessaire.

Pourquoi la politique est-elle vaine actuellement ? Parce que ses acteurs la « jouent » plus qu’ils n’en font, dans la mesure où leur approche reste bloquée selon les schémas du XIXe et du XXe siècle. Je ne prendrai qu’un exemple : celui de l’idéologie politique. Au siècle dernier, quiconque développait une idéologie particulière, pour peu qu’elle soit un tantinet pertinente, trouvait immédiatement un auditoire. N’importe quelle association ou parti politique, lorsqu’ils avaient à faire des réunions, rassemblaient des centaines d’individus prêts à s’engager, et en particulier des jeunes (lesquels sont le fer de lance des grandes actions). Aujourd’hui, il est rare de rassembler plus de quelques dizaines de jeunes dans une réunion politique type « meetings ». Cela n’intéresse plus outre mesure. Les enjeux sont ailleurs. Pire : les personnes que les manifestations politiques rassemblent écoutent souvent d’une oreille distraite, centrées, en vérité, sur leurs propres problèmes et venues uniquement épancher quelques névroses. C’est la raison pour laquelle il est fréquent de constater que les individus les plus heureux et successful ne se trouvent généralement pas dans les partis politiques, laissant souvent ceux-ci aux frustrés et aux défaillants humainement. Cette « faiblesse » du matériel humain des mouvements politiques explique parfois la nullité de la politique actuelle, celle que les citoyens déplorent fréquemment.

Si la politique n’est plus le but ultime des individus les plus qualifiés, les plus énergiques et les plus brillants, et si les idéologies, les meetings et les manifestations ne rassemblent que si peu de monde (et surtout si peu de jeunes), c’est qu’il y a une raison de l’ordre de la nouvelle configuration sociale et psychologique de ce siècle.

Face à ce constat, que disent ceux qui s’engagent encore lorsqu’ils désespèrent ou s’énervent ? Généralement, voilà leur râle : « les gens d’aujourd’hui ne pensent plus qu’à eux, ils n’en ont plus rien à faire de la France ». Cette phrase, je l’ai entendu des centaines de fois et je l’ai moi-même prononcé à de nombreuses reprises. Or, aussi vraie peut-elle être, elle ne suffit pas si elle n’est approchée que dans version négative. Un constat négatif ne sert à rien s’il ne provoque pas l’émergence d’une nouvelle proposition pour le résoudre.

Pourtant, ce constat est riche en enseignements et ouvre la voie à de nouvelles approches de la chose politique.

Au travers de cette problématique, d’où vient l’incompréhension entre les acteurs politiques et les individus ?

D’abord, de la non compréhension des nouvelles conditions sociales et psychologiques dans lesquelles se démènent les gens aujourd’hui. La vérité essentielle est que nous sommes sortis de l’ère des masses pour entrer dans celle de l’individu. Or, la politique, sa rhétorique et ses « idéologies » persistent à se formuler comme s’il existait encore des masses en face d’elle. La politique parle de la France, du peuple, des superstructures, de ce qu’il faudrait faire pour le pays, l’Europe et le monde, quand les individus n’attendent qu’une réponse à leurs interrogations et leurs problèmes individuels. Dès lors, tous ces grands discours ressemblent à de la pluie qui tomberait sur du goudron au lieu d’une terre fertile : par nature, elle ne peut rien y faire pousser.

Conséquence, ou, plutôt, parallèle, les individus ne sont plus des citoyens. Toutes formes d’engagement nécessite une structuration mentale tournée vers et pour le collectif : respect des hiérarchies, assiduité, code de l’honneur, capacité au sacrifice, empathie, sociabilité communautaire, etc. Or, ce qui s’apprenait naturellement à la famille, à l’école, à l’Eglise et à l’armée n’existe plus aujourd’hui. Dès lors, tout discours à destination de citoyens à un moment, précisément, où ils n’existent plus guère, ne peut revêtir qu’un caractère superficiel. La politique devient un passe temps, un hobby dans lequel on peut s’engager quelques années comme on s’engagerait dans une association sportive ou dans de l’évènementiel pour y « rencontrer du monde ». Le sens profond de la politique est perdu. L’ère moderne inverse la proposition connue d’Aristote : l’homme n’est plus un animal politique, il est un politique animal, c’est à dire en somme, un être dont la politique est essentiellement tournée vers et pour lui même.

Que conclure de ce constat ? Que la politique doit muer. D’un discours traditionnel aux masses, elle doit devenir un espace de développement personnel. Elle doit concentrer son périmètre sur l’individu avant de pouvoir évoquer le collectif. Attention : il ne s’agit pas d’abandonner le principe collectif, mais il s’agit d’abord, pour elle, de récréer les conditions du collectif, et donc, par voie de fait, travailler en priorité sur l’individu.

Qu’est ce que cela signifie ?

  • MACRO – La rhétorique politique doit élaborer des discours articulant mieux principe de réussite individuelle et idées globales liées au collectif.
  • MICRO – La politique doit prioriser la formation individuelle. Mieux : elle doit investir dans le développement personnel, la formation exclusivement intellectuelle ne répondant pas aux enjeux posés par la problématique moderne de l’individualisme.

PS : Ce n’est pas la première fois que changements de paradigmes et d’échelles politiques s’opèrent. Déjà à la fin de l’Empire Romain jusqu’à la fin de la féodalité, la politique passa d’un lien collectif, général et étatique à une architecture de discours et d’actes à destination individuelle ou communautaire (la noblesse, les corps constitués). Le moment « néo-féodal » dans lequel nous entrons n’est qu’un écho lointain de cette période.

Marine, les philippotistes et moi

En ce moment, pas un jour ne passe sans que les philippotistes n’attaquent Marine Le Pen, son discours, ses méthodes et la voie nouvelle qu’elle semble vouloir emprunter pour son parti. Le divorce a été douloureux, et, comme dans beaucoup de divorces, il reste un peu de cet amour qu’on appelle généralement la haine. Les voilà faire, tous, leur petit chauprade : ils sont partis, mais reste l’obsession, peut-être même pire encore qu’avant, aiguisée par leur rapport « sentimental » à la politique. Ce comportement de jeunes puceaux lâchés soudainement par leur amour de vacances est assez comique. Un peu d’ironie supplémentaire nous ferait immanquablement penser à des petites racailles traitant subitement de « grosse pute » la jeune demoiselle qui les aurait éconduit.

Trêve de plaisanteries : par leur comportement, ils ont signé leur arrêt de mort politique. Ils ne seront, comme beaucoup, que des astres morts qui continuent de tourner autour de l’étoile Le Pen et sa galaxie frontiste. Des inutiles et des « rageux », comme ils aiment à dire. Rendons toutefois justice à leur maître, Philippot lui-même, qui, lui, essaie d’échapper à ce piège mortel. Sur les plateaux de télévision qu’il colonise toujours, il tente de parler d’autre chose que du FN. Mais le ver est dans le fruit, la sentence est déjà prononcée : désormais, il ne sera invité que pour parler de son ancienne maîtresse, son « patriotisme généreux » n’intéressant, il faut le dire, quasiment personne.

Je peux en parler maintenant. Moi-même, j’ai quitté Marine avec pas mal de rancœur à l’époque. Déçu qu’on ne m’écoutait pas plus, déçu des choix personnels de la patronne (tant stratégiques qu’en termes de ressources humaines), énervé par des comportements putassiers et médiocres, et sans doute encore très attaché sentimentalement à cette grande blonde dont toute la gestuelle et la psychologie transforment en une sorte de maman putative pour tous les adhérents au « club » FN. J’avais de quoi faire sérieusement ma diva. Or, si je m’expliquais tranquillement sur les raisons de mon départ via une vidéo sur le web, je prenais soin de refuser toutes les invitations médiatiques pour me déverser (je reçus des propositions du Grand Journal, BFM, etc.). L’astre mort et vindicatif, ce ne serait pas moi.

Et pourtant, j’ai de quoi rire aujourd’hui. Pendant des années, j’ai dit à Marine Le Pen qu’il ne fallait pas faire de la question de l’euro le problème fondamental dans une campagne électorale (je parle de forme, pas de fond). J’ai dit qu’il fallait à tous prix envoyer plus de signaux à l’électorat de droite. J’ai dit qu’il fallait parler d’Europe différemment. J’ai dit qu’il fallait travailler à une communication beaucoup plus positive, sortant des réflexes du « c’était mieux avant – il faut refaire comme à l’époque ». Troquer la posture populacière pour un grand sourire avenant. Et j’ai dit aussi que MLP ne pouvait pas s’entourer exclusivement que de profils philippotistes pour tout ce qui touchait à la stratégie et à la communication. Des notes, des emails à MLP et même un petit livre (sur l’Europe) en attestent. Aujourd’hui, je peux dire que j’avais mille fois raison.

Maintenant, Marine semble prendre cette voie que j’appelais de mes vœux, quand je n’étais qu’un petit jeune qui se démenait pour donner une voix au FNJ (ce que je fis avec succès, ce qui, d’ailleurs, énerva beaucoup de gens au FN…). Mais n’est-ce pas trop tard ? J’en ai le sentiment.

Que d’occasions gâchées, que de temps perdu. Tant pis. L’avenir s’écriera sans doute ailleurs, mais c’est un avenir que ne toucheront pas les philippotistes, puisqu’eux mêmes ont déjà choisi de rester accrochés au FN par leur haine amoureuse.

Tant pis pour eux, aussi.

 

En finir avec le complexe médiatique de la droite face à la gauche

Hier, la journaliste conservatrice Eugénie Bastié se fendait de quelques tweets expliquant qu’il lui était impossible de triompher dans un débat entre partisans et adversaires de la PMA, au prétexte que les « progressistes » se contentaient d’empiler les grands principes moraux (égalité, liberté, etc.) et les anathèmes en guise de rhétorique. Je me permettais de lui répondre que ce qui déterminait constamment leur victoire était simplement que la droite persistait de trembler face à ces mêmes anathèmes (toujours les mêmes : « réacs », « fachos », « extrémistes », « jeu du FN », « replié sur soi-même » etc.).

Pour préciser ma pensée, je parlerai de quelque chose que j’ai souvent remarquée dans ce genre de débats. La vérité est que les débateurs comme Bastié ou Polony (pour ne citer qu’elles, mais il y en a beaucoup d’autres) arrivent aux différents débats une main attachée dans le dos quand, en face, les gants de boxes sont déjà enfilés. Le débateur de droite (ou conservateur) veut se faire adopter par l’environnement hostile dans lequel il est plongé, et il pense pouvoir y parvenir en avançant des arguments rationnels, posés, et, croit-il, humanistes. Il aimerait par dessus tout que l’on reconnaisse son humanisme, que l’on écoute ses arguments, qu’on les soupèse, et qu’on le prenne ainsi pour un débateur tout à fait respectable. Les dissonances cognitives aidant, il estime même « que c’est là tout l’objet d’un débat : s’opposer des arguments entre personnes respectables », tout en espérant secrètement être encore invité la prochaine fois. Conséquence de cette approche tendre, honnête et naïve : les progressistes triomphent à chaque fois. Pourquoi ?

Parce qu’en face, ils ne vont pas à un « débat », ils vont à la guerre. Leur religion est déjà faite et il n’y a que des infâmes ou des hérétiques qui peuvent s’opposer à eux. L’adversaire n’est, de nature, qu’un monstre d’extrême-droite, ou flirtant avec l’extrême-droite, dont les idées sont intrinsèquement nauséabondes. Dès lors, ils peuvent avancer tels des chars d’assaut, ils peuvent caricaturer, « jeter leurs anathèmes » pour parler comme Bastié, jouant à leur faveur de la morale gaucho-humanitariste, ou libéral-progressiste, qui préside dans l’essentiel des salles de rédactions parisiennes.

Les « progressistes » peuvent se montrer zélés : ils ne seront jamais traités d’extrémistes pour cela. Mais la droite, elle, se doit de servir ses arguments dans un service en porcelaine, car si, elle, s’amusait à railler, à caricaturer, à jeter également des anathèmes et à affirmer avec force des grands principes sans se soucier du bon ton et de la convenance, alors elle deviendrait immanquablement « extrémiste » dans la minute.

Quel est donc le secret pour finir par gagner (car il faudrait peut-être y songer, un jour…) ? En avoir plus rien à faire de leurs anathèmes. Mettre aussi les gants de boxe et taper violemment, comme eux. Alors oui, au départ, il y aura une avalanche de points godwin et d’indignations larmoyantes. Mais, en y regardant bien, les accusations d’ « extrémistes » ou de « fachos » ne reposent tellement plus sur rien de rationnel et de réaliste que le public, lui, ne tombe plus dans le piège. Une insulte n’a de puissance que dans le crédit qu’on lui attribue. Le jour où tous les débateurs de droite n’auront plus peur des anathèmes et riront lorsqu’on leur les sert, la partie sera gagnée, et il y a fort à parier qu’ils finiront même par disparaître du paysage médiatique, ceux-ci ayant été démonétisés.

Des Eugénie Bastié, des Natacha Polony, et tant d’autres, sont brillantes et courageuses. Mais elles laissent toujours l’impression qu’elles s’excusent d’abord avant d’argumenter. A leur décharge (et j’en sais quelque chose, connaissant moi aussi comment le système médiatique fonctionne), adopter cette attitude est plus facile à théoriser qu’à pratiquer, car poser ses fesses sur un plateau de télévision est réellement intimidant. On ressent la lourdeur et le conformisme idéologique qui y règne. Toutefois, comme j’ai pu m’y essayer une fois ou deux, ou tel Eric Zemmour qui le fait régulièrement, avancer fièrement, ne s’excusant de rien, se moquer des adversaires et de leurs insultes, et assumer parfaitement qui nous sommes, vous procure des résultats sans commune mesure.

J’ajoute, pour finir, que quelles que soient les bonnes dispositions de ces journalistes et débateurs, ils seront toujours détestés par leurs contradicteurs. Une Eugénie Bastié pourra toujours essayer de donner des « gages » de son objectivité et de sa respectabilité, elle sera toujours à leurs yeux une petite conne réactionnaire confinant avec « l’extrême-droite ». Dans ces conditions, pourquoi ne pas, enfin, lâcher les vannes, et en finir définitivement avec ce complexe médiatique qui nous laisse toujours pantois et éternellement perdant ?

 

A propos de la polémique sur Saint-Martin

Surprise.

Depuis trois ou quatre jours, je suis enferré dans une petite polémique twito-médiatique que je n’avais pas vu venir à propos du drame de Saint-Martin.

J’ai besoin d’en écrire deux mots sur ce blog car les notifications twitter ne cessent pas et quelques journalistes bien avisés de la place de Paris (Le Monde, Libé, le Nouvel Obs etc.) se régalent et exagèrent à dessein une soi-disant fake-new que j’aurais commise.

Reprenons.

Je ne m’intéressais pas plus que cela à l’ouragan dévastateur qui approchait nos iles et le continent américain. Je savais que son passage allait être tragique mais, honnêtement (je suis en plein déménagement), je regardais cela de loin. Or, dans la nuit de vendredi à samedi dernier, je recois plusieurs messages d’habitants de Saint-Martin ou de personnes y ayant des proches, me demandant avec insistance et désespoir manifeste de relayer leur malheur, lequel était à leurs yeux « minimisé » par les médias.

Je fis donc quatre tweets indiquant que les nouvelles de Saint-Martin étaient mauvaises, qu’il y avait d’odieux pillages, que les autorités manquaient, et que le nombre de victimes était important. Reprenant ce que l’on m’avait dit, je me risquais à dire « une centaine de morts ». Toutefois, je précisais bien dans mon dernier tweet que ma source était « des témoignages reçus » et non pas Dieu le père.

Plus tard, lundi, je « retweetais » une vidéo d’une femme en pleurs révélant qu’une gendarmerie avait été attaquée. Remettons les choses dans leur contexte : les vidéos de témoignages abondaient et il n’y avait aucune raison de douter de la sincérité des victimes de l’ouragan.

Je reçu alors une réponse à ce retweet par le compte officiel de la gendarmerie nationale, indiquant qu’aucune gendarmerie ne fut attaquée. Je répondis, sincèrement, que j’en étais fort aise.

Cette petite histoire de rien du tout fit le bonheur de quelques journalistes mainstreams qui s’empressèrent de faire de mon cas celui de la « fake new » incarné, d’une volonté démoniaque de désinformer, pleine de mauvaises intentions.

Bande de tarés.

Si je dois confesser une erreur, c’est d’avoir repris un nombre, une statistique, d’un des témoignages que je reçus. J’ai dit trop légèrement « une centaine de morts » quand je n’aurais du dire que « beaucoup de morts ». Mea culpa. C’est sur cette erreur que l’on m’attaque aujourd’hui, et je regrette de l’avoir commise. Mais sur le reste ? Sur les pillages ? Sur la violence ? Sur les manquements du gouvernement sur place ? J’avais raison et même les médias mainstreams ont été obligés d’en parler.

Ce qui m’énerve royalement dans cette histoire, ce sont tous ces abrutis de journalistes et ces gauchistes qui furent trop heureux de se jeter sur l’objet de leur fantasme, c’est à dire un odieux mec de droite soi-disant pris en flagrant délit de mensonges, alors que, pour le coup, je n’étais qu’un citoyen ayant partagé des messages de détresse que l’on m’avait fait parvenir, en précisant – je le rappelle – que je ne faisais que cela. Mais même en ayant expliqué ceci, je ne me lavais pas de ma culpabilité à leurs yeux, car celle-ci est intrinsèque, immanente, collée à mes basques « d’ancien du Front National » qui, s’il partage quelque chose sur les réseaux sociaux, ne le fait qu’armé d’intentions malveillantes, pour mentir et salir la merveilleuse société qui est la leur.

J’aime les polémiques. Mais celle là m’a profondément emmerdé. Ils ne me croiront jamais, mais j’étais de bonne foi quand j’ai fait ces tweets, et au final, je suis bien content qu’il n’y ait pas une centaine de mort mais seulement peut-être que deux dizaines. Mais à quoi bon le dire ? Ces tarés sont tellement vicieux qu’ils projettent sur les autres leurs vices. Non, moi je n’ai pas besoin de mentir pour mes combats. Et en l’occurrence, en plus, l’histoire de Saint-Martin ne faisait même pas particulièrement partie de mes combats.

Salut.

 

 

Mon nouveau blog

Bienvenue sur mon nouvel outil de travail !

J’y partagerai mes textes, mes vidéos, mes formations, des événements, et peut-être quelque fois mon journal.

Pas de blabla inutile, simplement : je ferai de mon mieux.

Julien Rochedy

Portrait sur Ozy.com, média américain

Most politicians’ Twitter accounts get hate mail. Julien Rochedy gets love letters. “He could be my husband in another life,” one women tweeted. “He’s just too hot!” And there was the male admirer who said his looks were a “weapon of mass destruction.”

Yes, he’s single, and his chiseled jaw, sexy stubble and perfectly tailored suits are quite attractive. But what’s truly jaw-dropping is what’s underneath: a right-wing heart harboring anti-immigrant views on par with the tea party. His other allies? A group of rising European conservatives, including France’s Marine Le Pen and the Netherlands’ Geert Wilders.

“We are witnessing a replacement of the French,” he tells OZY. “It’s very worrisome.”

The mention of right-wing politics in Europe often conjures images of angry skinheads, poor uneducated men and migrant-lynching mobs. Not Rochedy. The 26-year-old leads the youth branch of the Front National — France’s farthest-right party and third political force. Known for euro-skeptic and xenophobic views, it’s attracting a growing number of voters disenchanted with President François Hollande’s Socialists and ex-President Nicolas Sarkozy’s center-right party. Rochedy himself is anti-euro, and told OZY he believes protectionism is the model for economic success, citing the U.S. as an example.

Rochedy harbors a deep-seated longing to be taken seriously as an intellectual. Which is why he says he wants to quit his current job — as, essentially a young and pretty face — and pen a book, which he will describe only as “very polemical.”

“Voters are turning to [the FN] as an alternative to the traditional parties, and they are moderating their discourse to be more appealing. Julien is part of this new effort to give the party a makeover,” says Loïc Blondiaux, professor of political science at the Sorbonne University in Paris.

In Rochedy’s world, France suffers from three main maladies: an overly powerful European Union, a dangerous tide of immigration and the loss of “traditional values.” As for the EU, it’s making too many decisions for his country, and he resents the fact that France can’t control its monetary policy because of the euro. “France is undergoing a total loss of freedom,” he says. “It’s a big and beautiful country, but it’s no longer the master of itself.”

But unlike other right-wing politicians, Rochedy has an uncanny ability to discuss these issues without sounding hyperbolic or pissed off. Instead, he’s great at turning concepts on their head. “Today’s immigration is a new form of slavery. Bringing people here to do jobs that we don’t want to do or having children for us, it’s gross. I’m a humanist. So I much rather everyone stays in their own home.”

He often appears in debate shows where he leaves his rivals silently baffled with arguments like one he told OZY: “There are more doctors from Benin in France than there are in Benin. I, for one, think Benin needs them more than we do. Right?”

Still, he recently provoked a storm of criticism for saying he would favor a law to ban “homosexual propaganda.”

“The strategy of the Front National these days is to try and appear as a party like any other, but they are not,” says Laura Slimani, president of the Socialist Youth. “The times change, but they remain just as extremist and homophobic.” Rochedy, however, always has an answer: “I am not a homophobe. I think homosexuals have the right to practice their sexuality, but it’s something fatal for society because a nation needs to reproduce in order to ensure its continuity.”

His own beliefs began with Friedrich Nietzsche. He cites a “crisis in values,” a concept he encountered when he started reading Nietzsche at age 14; he went on to consume all the Nietzsche he could find. “Nietzsche talks about values that are symptoms of decadence and mediocrity versus values that emerge from grandness, willpower and strength,” says Rochedy. “He completely changed the way I saw things.”

He discovered the FN, founded by current leader Marie Le Pen’s father, Jean-Marie, as an 18-year-old student of political science in Lyon, in the south of France. “I liked Le Pen because he was a rebel and he was not afraid to shock people.”

At the time, 2006, few believed the right-wing movement could become a mainstream political force. Eight years later, the Front National got two members in the Senate for the first time and topped the polls in the European Parliament election, with 25 percent of the vote — an eightfold gain on the last one.

Rochedy thinks increasing youth engagement is key to his party’s success, and that’s precisely why he wants to step down as head of the youth branch. “I’m not really young anymore,” he says, “and I’ve been wanting to focus more in the intellectual side of things for a while. History is made by great men, not small politicians.” TV producers and female fans will miss his regular appearances on screen, and he admits he might miss it too. “It’s fun to crush your enemies. It’s good for the ego,” he says, while holding open the possibility of returning to politics later.

But it’s a long road toward becoming a thought leader. Especially when your epithet isn’t exactly one of intellectual heft — Rochedy is, for now, best known in the terms a gay news blog put it: “Young, beautiful and dangerous.”